«Les météorites permettent de mieux comprendre l’origine de la vie sur Terre»

INTERVIEW La météoritologue Brigitte Zanda explique à quoi servira le réseau de surveillance des météorites FRIPON…

Propos recueillis par Audrey Chauvet

— 

Pluie de météorites dans le ciel espagnol, à proximté de Grazalema, dans le sud de l'Espagne, dans la nuit du 13 au 14 août.
Pluie de météorites dans le ciel espagnol, à proximté de Grazalema, dans le sud de l'Espagne, dans la nuit du 13 au 14 août. — Jorge Guerrero/AFP

Traquées, collectées, étudiées, décortiquées… Les météorites n’auront bientôt plus, ou presque plus, de secrets. Le réseau de surveillance des météorites FRIPON, officiellement lancé ce mardi, devrait permettre de repérer toutes les météorites tombant sur le territoire français et de les collecter pour en tirer de précieux enseignements. La météoritologue (oui, c’est un vrai métier) au Muséum national d’histoire naturelle Brigitte Zanda nous explique ce qu’on pourra apprendre de ces petits bouts d’astéroïdes.

>> A lire aussi : FRIPON, le nouvel observatoire pour traquer les météores

D’où viennent les météorites qui s’écrasent sur Terre ?

Les météorites sont pour la plupart des fragments d’astéroïdes. Quelques-uns sont des fragments de la Lune ou de Mars, et peut-être d’autres planètes ou de comètes mais on n’est pas encore sûr. Ces petits corps se sont formés très tôt lors de la formation du système solaire, comme les boues avec lesquelles les planètes se sont formées, mais étant trop petits ils ont arrêté d’évoluer alors que les planètes se formaient. Ces météorites âgées de 4,568 milliards d’années nous racontent l’histoire des planètes.

Que voit-on dans ces météorites ?

Chaque météorite est une vision d’un endroit donné à un moment donné de la formation du système solaire. Certaines viennent de corps qui ont fondu après leur formation, comme la Terre : les liquides les plus denses ont coulé au centre et les autres se sont épanchés en surface. C’est ainsi qu’on retrouve des météorites de fer, issues du noyau d’un astéroïde. On peut aussi identifier les météorites qui viennent de Mars car ils sont composés de gaz rares identiques à ceux de l’atmosphère martienne. Les étudier permet de reconstituer la formation de Mars, comme le fait le rover Curiosity mais de manière plus précise.

>> A lire aussi : Le guide de la planète Mars, façon routard

Quelles analyses faites-vous sur les fragments de météorites ?

Nous pouvons les scier pour les inclure dans la résine, les polir, les regarder au microscope puis faire une analyse des différents minéraux. On peut aussi faire des analyses individuelles des minéraux pour voir quel équilibre existe entre eux, reconstituer les phénomènes magmatiques, déterminer les propriétés de la matière avec des sondes ioniques. Les météorites collectées intègreront la collection nationale mise à disposition des chercheurs du monde entier.

Que peut-on découvrir grâce à ces analyses ?

On apprend comment se sont formées la Terre et les autres planètes. Par exemple, pourquoi Mercure est si riche en fer et si dense ? Comment s’établissent les différences dans la formation du système solaire ? On trouve dans les météorites des molécules organiques, carbone, oxygène, azote, qui sont nécessaires à la vie sur Terre, et notamment qui pourraient avoir apporté l’eau sur notre planète. C’est donc aussi l’origine de la vie sur Terre que nous allons mieux comprendre.