Solar Impulse 2 prêt à entamer la deuxième partie de son tour du monde

EXPLOIT L’avion solaire a subi quelques modifications : les batteries sont neuves et les ingénieurs ont mis un système de refroidissement supplémentaire…

20 Minutes avec agence

— 

Solar Impulse 2 à l'approche de l'aéroport Kalaeloa d'Oahu, à Hawaï, le 3 juillet 2015
Solar Impulse 2 à l'approche de l'aéroport Kalaeloa d'Oahu, à Hawaï, le 3 juillet 2015 — Jean Revillard Solar Impulse / Jean Revillard

L’avion solaire Solar Impulse 2 s’apprête à redécoller d’Hawaï pour poursuivre son tour du monde. Objectif : la côte américaine, Phoenix en Arizona puis New York, dernières étapes nord-américaines avant d’entamer la longue traversée de l’Atlantique et de boucler son tour du monde à Abu Dhabi (Emirats arabes unis).

 

Bloqué à Hawaï depuis juillet 2015 à cause de problèmes de batteries et d’un système de recharge déficient, l’avion solaire devrait pouvoir repartir dans la nuit de vendredi à samedi, voire dans quelques heures. Ainsi, les équipes de Solar Impulse sont à nouveau entrées en « mode mission ».

« Il y a quatre jours, j’ai fait un vol de 19 heures pour reprendre en main la machine et tout va bien maintenant. Dès que les conditions climatiques seront bonnes, je décollerai en direction de la côte américaine », a confié, ce vendredi, le pilote Bertrand Piccard à France Info.

Quelques modifications

Et la bonne fenêtre climatique pourrait s’ouvrir dès aujourd’hui. « Ce qu’on sait, c’est qu’à partir du 15 avril, les jours sont assez longs et les nuits assez courtes pour qu’on puisse faire le vol perpétuel, on peut voler plusieurs jours, plusieurs nuits de suite », a précisé le pilote

Le Solar Impulse qui doit quitter Hawaï a, lui, subi quelques modifications. Les batteries sont neuves et les ingénieurs ont mis un système de refroidissement supplémentaire pour régler mieux et plus précisément la température des batteries. « On a vu qu’avec l’isolation qu’on avait, on risquait d’être trop chaud à certains moments. Un système de refroidissement s’imposait », a encore souligné Bertrand Piccard à la radio.

Le projet Solar Impulse vise à construire puis à faire voler de nuit comme de jour, sans carburant ni émission polluante pendant le vol, un avion monoplace à moteurs électriques alimentés uniquement par l’énergie solaire. Parti d’Abou Dhabi le 9 mars 2015, Solar Impulse 2 a accompli jusqu’ici près de 18,000 km. De retour aux Emirats arabes unis, Solar Impulse aura, au terme de son voyage, alors parcouru 35 000 kilomètres en 25 jours complets de vol.