Double succès pour SpaceX

ESPACE L'entreprise a réussi, c'est une première, à poser le premier étage d'une fusée sur une barge flottante tandis que le second a pu s'arrimer à la station internationale...

Maud Pierron
— 
La fusée Falcon 9 de SpaceX a réussi son décollage et son atterrissage sur une barge en mer, le 8 avril 2016.
La fusée Falcon 9 de SpaceX a réussi son décollage et son atterrissage sur une barge en mer, le 8 avril 2016. — SPACEX

Double succès pour SpaceX ce week-end : la société a réussipour la première fois vendredi à faire poser le premier étage de sa fusée Falcon 9 sur une barge flottant dans l’océan Atlantique, un nouveau succès qui pourrait avoir des répercussions sur le marché du lancement et à arrimer sa capsule à la station spatiale internationale.

La firme avait déjà tenté cette manoeuvre à cinq reprises, sans succès jusqu’alors. Même Obama a salué ce succès : « Félicitations à SpaceX pour avoir posé une fusée en mer. C’est grâce à des innovateurs comme vous et la Nasa que l’Amérique continue à dominer l’exploration spatiale. »

Obama félicite SpaceX

Elon Musk, patron de SpaceX, s’est également félicité du succès de l’opération : « Je pense que c’est une bonne étape pour l’avenir des vols spatiaux car cela réduira les coûts » des lancements, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. « On a prouvé que ça pouvait marcher ». Elon Musk a expliqué que le carburant de la fusée pour un lancement coûtait 300.000 dollars mais que le coût de production du lanceur était de 60 millions de dollars. « Si on peut le récupérer et le réutiliser rapidement on réduit cent fois le coût du lancement », a-t-il estimé.

La capsule Dragon a quant à elle rejoint l’ISS ce dimanche pour y livrer 3,1 tonnes d’approvisionnement, des matériels scientifiques, ainsi que des équipements et du matériel destinés à des expériences scientifiques, dont 20 souris. Elles permettront d’étudier l’atrophie musculaire et la perte de densité osseuse en microgravité. La capsule Dragon apporte également un module habitable gonflable de 1,4 tonne fabriqué par la société américaine Bigelow. Il sera attaché à l’avant-poste orbital, une première.

Dragon restera amarrée à l’ISS jusqu’au 11 mai et sera chargée notamment des prélèvements de sang et d’urine collectés pendant les 340 jours passés dans l’ISS par l’Américain Scott Kelly et son collègue russe Mikhaïl Kornienko, dans le cadre d’une expérience sans précédent pour étudier les effets physiologiques et psychologiques de longs séjours dans l’espace en vue de préparer une mission vers Mars. Il s’agit du seul vaisseau spatial capable actuellement de ramener du fret sur la Terre.