Des experts japonais font pousser des cheveux sur de la peau artificielle

JAPON Cette innovation devrait permettre notamment de tester des produits chimiques en se passant de l’expérimentation animale…

20 Minutes avec agence

— 

Souris de laboratoire, illustration.
Souris de laboratoire, illustration. — ROBERT F. BUKATY/AP/SIPA

En parvenant à faire pousser des cheveux et à faire secréter de la sueur sur une peau créée en laboratoire, l’équipe japonaise du Riken Center for Developmental Biology a marqué le pas de la recherche sur la peau artificielle.

« Nous avons généré un système tégumentaire (comprenant peau, poils et ongles) en bio-ingénierie 3D qui comprend les follicules pileux et les glandes sébacées », expliquent ainsi les scientifiques dans leurs travaux, publiés ce mois-ci dans la revue Science et sur le site internet du centre Riken.

Pour mettre au point cette innovation, les chercheurs ont utilisé des « cellules-souches pluripotentes induites ». Des cellules, issues de morceaux de peau prélevés sur des souris, qui sont capables de se multiplier à l’infini.

Utile aux grands brûlés ou à la lutte contre les maladies de peau

Préparées in vitro, elles ont été transplantées sur d’autres rongeurs. Une fois ce tissu développé, les experts japonais l’ont une dernière fois transplanté sur d’autres souris. Bilan : « Le tissu s’est correctement connecté aux tissus hôtes, tel que l’épiderme, les muscles et les fibres nerveuses, sans générer de tumeur », assurent les chercheurs.

Cette innovation devrait aujourd’hui permettre de proposer « une alternative à l’expérimentation animale des produits chimiques », en les appliquant directement sur cette peau de laboratoire, estime Takashi Tsuji, qui a dirigé l’étude. Mais cette « peau in vitro » pourrait également être utile aux grands brûlés ou à la lutte contre les maladies de peau. Les essais sur l’homme ne devraient toutefois pas démarrer avant une dizaine d’années.