Jeu de go: AlphaGo le «divin» met K.O. le champion du monde Lee Se-Dol

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE AlphaGo s'est vu décerné le titre de grand maître le plus élevé qui soit, un «neuvième dan» réservé à ceux dont les capacités au jeu de go relèvent du «divin»...

20 Minutes avec agences

— 

Jeu de go (illustration).
Jeu de go (illustration). — Chad Miller / Creative Commons

Le superordinateur de Google, a eu le dernier mot. Dans l’affrontement de l’homme contre la machine, AlphaGo a renvoyé, ce mardi, Lee Se-Dol, grand maître sud-coréen du jeu de go aux 18 titres internationaux, au vestiaire. L’ordinateur a enlevé la dernière manche pour terminer sur un score de quatre victoires à une.

Le « combat du siècle » a été regardé par des dizaines de millions de personnes

Si le champion du monde sud-coréen de 33 ans avait bien réussi à marquer un point pour l’humanité dimanche, le résultat est sans appel et est une victoire pour les créateurs d’AlphaGo.

Il faut dire que le programme d’intelligence artificielle de Google est revenu, ce mardi, au mieux de sa forme destructrice, tirant le meilleur parti de ses algorithmes qui lui permettent d’apprendre de ses expériences.

>> A lire aussi : Intelligence artificielle: Le champion du monde de jeu de go va affronter une machine

Présenté par la presse sud-coréenne comme « le combat du siècle », le duel en cinq manches a été scruté par des dizaines de millions d’experts de la high-tech et d’amateurs du jeu de go, inventé en Chine il y a près de 3.000 ans.

Depuis le début du matech le 8 mars, AlphaGo faisait donc les gros titres de la presse internationale, lui qui se jouait du champion du monde, et de ce tablier de 19 lignes sur 19 offrant plus de configurations possibles qu’il n’y a d’atomes dans l’univers.

Couches de « neurones » artificiels et puissance de calcul des ordinateurs

Bilan : l’intuition et la créativité sont donc essentielles pour gagner à très haut niveau. Deux domaines dans lesquels l’humain, croyait-on, était nécessairement supérieur à la machine. C’était sans compter sur le programme de Google qui utilise des couches de « neurones » artificiels, imitant ceux du cerveau humain,couplées à la puissance de calcul des ordinateurs.

Avant même le résultat du dernier match joué pour l’honneur, l’association sud-coréenne du go a donc annoncé qu’elle décernait à AlphaGo le titre de grand maître le plus élevé qui soit, en reconnaissance de ses « efforts sincères » pour maîtriser les fondements taoïstes du go. Un « neuvième dan » honorifique dans la catégorie des joueurs professionnels qui est habituellement réservé à ceux dont les capacités relèvent du « divin ».