VIDEO. Robotique: Une prothèse connectée permet de jouer de la batterie avec trois bras

HIGH-TECH Des chercheurs américains ont testé cette «robotique intelligente et portable» afin mieux connaître les capacités des «humains augmentés»...

20 Minutes avec agence

— 

En février 2016, les experts du Georgia Insitute of Technology (Etats-Unis) ont réussi la prouesse de faire jouer de la batterie avec trois bras, dont un robotisé et totalement autonome.
En février 2016, les experts du Georgia Insitute of Technology (Etats-Unis) ont réussi la prouesse de faire jouer de la batterie avec trois bras, dont un robotisé et totalement autonome. — Georgia Insitute of Technology

Leur objectif ? « Repousser les limites de l’espèce humaine », résume Sciences et Avenir. Pas faux, puisque les experts du Centre technologique de la musique du Georgia Institute of Technology (Etats-Unis) ont réussi la prouesse de faire jouer à l’étudiant Tyler White de la batterie avec trois bras, dont un robotisé et totalement autonome.

« Le troisième bras fournit une expérience beaucoup plus riche et créative, permettant au batteur de jouer sur plusieurs caisses simultanément, avec virtuosité et sophistication, ce qui n’est autrement pas possible », explique Gil Weinberg, directeur du centre, dans un communiqué de l’université.

Programmé « à partir de technologies de capture du mouvement humain »

Pour Gil Weinberg, ces « humains augmentés » grâce à une « robotique intelligente et portable » peuvent alors « interagir avec leur environnement de manière beaucoup plus sophistiquée ».

Et en matière de robotique intelligente, ce troisième bras, doté d’accéléromètres, de moteurs et de capteurs, en connaît un rayon, puisqu’il sait, seul, quoi jouer simplement en écoutant la musique. Il peut également improviser et adapter son tempo au rythme qu’il capte. Des gestes naturels et effectués de manière intuitive, car, selon Gil Weinberg, ce « bras-robot » a été programmé « à partir de technologies de capture du mouvement humain ». « La machine apprend comment bouge votre corps et peut augmenter et compléter votre activité. Il devient une part de vous-même », précise le directeur du centre.

Permettre aux chirurgiens d’avoir un sacré coup de main

Fort de son succès, le Centre technologique de la musique imagine déjà passer au stade supérieur : connecter ce bras 3.0 à l’activité cérébrale du musicien mesurée par un électroencéphalogramme et le faire réagir dès que le batteur pense à changer de tempo.

Une innovation qui pourrait à l’avenir permettre aux chirurgiens d’avoir un sacré coup de main ou aux ouvriers et techniciens de profiter d’un peu d’huile de coude, rêve Gil Weinberg. Le communiqué publié mercredi ne dit pas, lui, si cette invention coûte un bras.