Météorite en Isère: Trois questions sur la «boule de feu» aperçue dans le ciel

ASTRONOMIE Une « boule de feu » a été aperçue dans le ciel du sud-est de la France mercredi en fin d’après-midi…

Alexia Ighirri

— 

Une pluie de météores au-dessus du Japon (illustration). - Tetsu Joko/AP/SIPA
Une pluie de météores au-dessus du Japon (illustration). - Tetsu Joko/AP/SIPA — Ryohei Moriya/AP/SIPA

Que s’est-il passé mercredi dans le ciel du sud-est de la France ? Des centaines de personnes ont témoigné avoir aperçu une « boule de feu » en levant la tête, en fin d’après-midi. Les explications et premières hypothèses du phénomène avec Milène Wendling, responsable du Planétarium du Jardin des Sciences de Strasbourg, établissement universitaire chargé de médiation scientifique.

Que s’est-il passé dans le ciel du sud-est mercredi ?

« On imagine bel et bien qu’un bolide, c’est-à-dire un gros morceau de roche, est entré dans l’atmosphère terrestre », commence Milène Wendling. Une longue traînée de feu a pu être observée dans le ciel parce que ce bolide a subi « un frottement intense dans l’atmosphère ».

Trois zones d’impact ont été déterminées en Isère, selon le Dauphiné Libéré. A-t-on une chance de retrouver le bolide au sol ?

« On peut penser que certains morceaux du bolide aient touché le sol. C’est possible », avance-t-elle avec prudence. « Il faut pour cela avoir des précisions sur la trajectoire du bolide. Là, on a qu’une image de la trace laissée par son passage, une image après son entrée, mais pas du passage lui-même ». Depuis la fin d’année dernière, l’Observatoire de Paris et le Muséum national d’Histoire naturelle, mettent en place avec leurs partenaires, des « caméras Fripon » pour observer les entrées atmosphériques. Malheureusement, les caméras installées dans la zone d’impact mercredi n’étaient pas en état de marche de jour. « Pour retrouver les morceaux au sol ce sera alors un peu plus compliqué, cela va davantage dépendre des témoignages des citoyens ».

Beau bolide vu hier (17h19m UTC) au dessus du sud de la France. Pas d’images FRIPON pour cet évènement de jour…

Posté par Fripon/Vigie Ciel sur jeudi 18 février 2016

 

Pourquoi le phénomène a-t-il pu être observé depuis différentes villes du sud ?

« Le nombre de témoignages le plus important se trouve autour de Grenoble mais il y en a aussi de Nîmes, Avignon, Toulouse ou Marseille… On aurait eu encore plus de témoignages s’il avait fait nuit », estime la Strasbourgeoise. Si le phénomène a été visible depuis plusieurs endroits, c’est parce que « là, on n’est pas sur un petit caillou. Le morceau de roche est plus important, explique-t-elle. Il doit être assez costaud même s’il est impossible de dire sa taille exacte ».