Il y a 50 ans, les Russes réalisaient le premier alunissage

ESPACE La capsule soviétique Luna-9 s'est posée à la surface de la Lune le 3 février 1966 à 21h45m30s, heure de Moscou...

20 Minutes avec agence

— 

Une éclipse de Lune capturée depuis la Californie, le 4 avril 2015.
Une éclipse de Lune capturée depuis la Californie, le 4 avril 2015. — SIPANY/SIPA

Mercredi n'était pas un jour comme les autres pour les passionnés de conquête spatiale. ce 3 février marquait en effet le 50e anniversaire du premier alunissage d'un engin venu de la Terre. La capsule soviétique Luna-9 s'est en effet posée à la surface de la Lune le 3 février 1966 à 21h45m30s, heure de Moscou.

Les premières images de la surface de la lune

D'autres exploits ont suivi, mais les spécialistes sont nombreux à reconnaître que cet événement a été décisif dans l'histoire de l'exploration de l'espace. L'URSS accordait une grande importance au succès de cette mission et, malgré une dizaine d'échecs, les responsables du programme Luna n'ont jamais envisagé d'abandonner.

Bien leur en a pris quand Luna-9, après avoir décollé de Baïkonour le 31 janvier 1966, a envoyé les premières images de la surface de la Lune quelques jours plus tard. Des documents d'une netteté incroyable que les quotidiens du monde entier se sont arraché à l'époque, comme le rappelle le site Internet spécialisé Sputnik News.

 

 

Une victoire des Etats-Unis en juillet 1969

Dans la surenchère scientifique et politique, l'étape suivante était logiquement le très symbolique premier pas de l'homme sur la lune. Soviétiques et Américains se sont livré une bataille acharnée de technologies et d'images, avec une victoire des Etats-Unis en juillet 1969.

 

«Le 3 février 1966, il y a 50 ans, la station soviétique “Luna - 9” s'est posée en douceur sur la Lune et a envoyé la première photo de la Lune», écrit Histoire de la Russie.

 

Mais la course n'est pas terminée puisque Russes et Chinois cherchent désormais à être les prochains à envoyer des cosmonautes (pour les premiers) et des taikonautes sur notre satellite naturel.