Allergies: Des gènes hérités de l'homme de Néandertal

SANTE Des croisements entre les hommes de Néandertal et de Denisova seraient à l'origine d'une sensibilité accrue de notre système immunitaire...

20 Minutes avec agences

— 

Représentation d'un homme de Néandertal au Musée national de la préshistoire de Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil, le 2 juillet 2008.
Représentation d'un homme de Néandertal au Musée national de la préshistoire de Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil, le 2 juillet 2008. — PIERRE ANDRIEU / AFP

L’humanité actuelle, à l’exception des Africains, a hérité de 1 à 6 % de gènes d’anciens hominidés, tels l’homme de Néandertal et de Denisova, des peuplades qui vivaient en Sibérie. Les croisements avec ces deux espèces, il y a environ 40.000 ans, auraient en effet créé une partie de notre patrimoine génétique.

Les génomes humains passés à la loupe

Les résultats de deux études menées par des généticiens et publiés jeudi 7 janvier dans l’American Journal of Human Genetics suggèrent que cet héritage génétique confère un avantage dans l’évolution des humains, en dopant leur système immunitaire. Mais que ces gènes sont aussi responsables d’une sensibilité excessive de ce système immunitaire, ce qui provoque des allergies.

Janet Kelso, auteur principale d’une des deux études, a scanné les génomes d’humains contemporains pour détecter des gènes de Néandertaliens ou de l’homme de Denisova. Deux des trois gènes du système immunitaire correspondaient à de l’ADN de Néandertal et le troisième à celui de Denisova.

>> A lire aussi : Il y a encore 1 à 3 % de gènes néandertaliens en nous

Les hommes préhistoriques seraient donc à l’origine d’une partie de notre patrimoine génétique, mais aussi en partie responsables des petites ou grandes allergies qui nous compliquent la vie.