Mission Rosetta: Le robot Philae a jusqu'à fin janvier pour se réveiller

ESPACE Le robot Philae, posé sur la comète Tchouri, n'a pas donné signe de vie depuis cinq mois. A la fin du mois de janvier, il sera trop éloigné du soleil pour recharger ses batteries...

L.C. avec AFP

— 

Projection de l'atterrissage de Philae sur la comète.
Projection de l'atterrissage de Philae sur la comète. — Cnes

Et si tout n’était pas perdu pour Philae ? Ce célèbre robot, posé sur la comète Tchouri depuis plus d’un an, qui n’a pu être contacté par les scientifiques depuis juillet dernier, pourrait se réveiller d’ici janvier. C’est en tout cas ce que veulent espérer les chercheurs qui pilotent la mission Rosetta.

>> A lire aussi : Les 5 choses à retenir de l’année de Philae sur la comète Tchouri

Fin janvier 2016, l’ensoleillement deviendra trop faible

Un maigre espoir, mais qui vaut la peine de laisser une dernière chance au robot de la taille d’un réfrigérateur. « La probabilité que l’on ait un contact diminue au fur et à mesure que le temps avance mais on ne peut pas dire aujourd’hui que c’est définitivement terminé », a déclaré Philippe Gaudon, chef de projet Rosetta au Centre national d’études spatiales (CNES) à Toulouse (France) « On continue à écouter et on espère encore jusqu’à fin janvier », a-t-il ajouté.

Après son atterrissage mouvementé sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, dite Tchouri, en novembre 2014, Philae a travaillé pendant 60 heures avant de s’éteindre faute d’un ensoleillement suffisant pour ses batteries solaires. Il s’est réveillé à l’improviste le 13 juin, a établi plusieurs contacts avec la Terre mais ne communique plus depuis le 9 juillet dernier. Et la probabilité que le robot puisse à nouveau recharger ses batteries solaires et enfin reprendre contact avec la Terre s’éloigne à mesure que Tchouri se distancie du soleil.

>> Retrouvez notre 21ème minute sur la mission Rosetta

« La comète sur laquelle est posé Philae s’éloigne du soleil, donc la quantité d’énergie reçue par les panneaux solaires diminue », a expliqué Philippe Gaudon. « On fait des calculs d’ensoleillement mais sans connaître très précisément les rochers qui entourent le robot et qui peuvent projeter des ombres sur les panneaux solaires et empêcher de les recharger », a expliqué le scientifique. D’après ces calculs, c’est fin janvier 2016 que le taux d’ensoleillement du robot deviendra trop faible et sa température interne trop basse pour fonctionner.

Rosetta pourrait donner des signes de vie

« D’un autre côté, l’orbiteur Rosetta s’approche de la surface de la comète donc améliore potentiellement ses chances de contact » avec le robot, a-t-il ajouté. « On a même eu deux petits bips ces derniers jours, le premier dans la nuit du 21 au 22 décembre et le deuxième le 25 », a annoncé Philippe Gaudon. « Mais on n’est pas sûr à 100 % que ce soit un message de Philae ».

La mission Rosetta doit s’achever en septembre 2016, avec l’atterrissage de cette dernière sur Tchouri.