La France parmi les vainqueurs du concours mondial pour renommer des planètes

ASTRONOMIE L'Union astronomique internationale vient de mettre en ligne le résultat de son grand vote populaire visant à baptiser une vingtaine de systèmes solaires lointains...

N.Bg.

— 

Vue d'artiste d'une exoplanète, ici Kepler 32f.
Vue d'artiste d'une exoplanète, ici Kepler 32f. — NASA Ames/JPL-Caltech/Tim Pyle

Les régionales n’étaient pas le seul scrutin dont les résultats étaient attendus en ce mois de décembre. Mardi, l’Union astronomique internationale (UAI) a dévoilé les résultats de son grand vote populaire visant à donner un nouveau nom à trente exoplanètes et à leurs étoiles hôtes.

>> QUIZ. Connaissez-vous bien les exoplanètes?

Il faut dire que les exoplanètes, ces planètes situées loin de nous et orbitant leur propre soleil, n’ont pas des noms scientifiques folichons. Certaines s’en sortent à peu près, comme Epsilon Eridani b, mais la pauvre HD 104985 b ou, pire, PSR 1257+12 c (oui, c’est son nom), ne sont pas gâtées. Pour remédier à ça, et pour associer le grand public du monde entier à la nomenclature du ciel, l’UAI, seule habilitée à nommer les astres, a lancé en juillet 2014 un concours populaire pour associer un nom à une vingtaine d’étoiles et à leurs planètes respectives.

Des dieux gaulois dans le ciel

Pour chaque système, plusieurs noms ont été dans un premier temps proposés par des clubs d’astronomie, puis le vainqueur sélectionné par un vote auquel chaque internaute pouvait prendre part. Fermé le 31 octobre dernier, le scrutin a réuni plus de 570.000 votes. Et le résultat vient d’être mis en ligne.

(cliquez sur l'image pour l'afficher en grand)

Première constatation, la Khaleesi de Game of Thrones n’a, étonnamment, pas été élue. Tant mieux : à sa place, c’est la proposition du club d’astronomie normand de Toussaint qui a été choisie par les votants, cocorico ! L’étoile HD 149026 a ainsi reçu le nom du dieu gaulois Ogmios, connu pour sa grande force, et sa planète est baptisée Smertrios, en hommage à un dieu gaulois tueur de serpents. Classe.

Hommages en pagaille

En regardant la liste des noms, disponible par ici, on peut aussi se féliciter de leur diversité. A côté des classiques Galileo et Copernicus, on retrouve des divinités peu connues, comme les dieux aztèques du soleil et de la lune Tonatiuh et Meztli, des personnages de fiction comme Don Quichotte et toute sa clique, qui gravitent autour de l’étoile nouvellement baptisée Cervantès, ou encore les noms de monstres germano-nordiques, les planètes Poltergeist et Draugr orbitant l’étoile Lich.

Alors que l’on célèbre cette année les 20 ans de la découverte de la première exoplanète, on notera également un bel hommage aux découvreurs de la première d’entre elles, les Suisses Michel Mayor et Didier Queloz. L’étoile autour de laquelle tourne leur trouvaille, 51 Pegasi, a reçu le nom de Helvetios, en l’honneur des Helvètes, tribu celte du Moyen Age qui résidait au nord des Alpes, dans ce qui deviendrait plus tard… la Suisse.