Des tissus de corde vocale recréés sur une souris de laboratoire

ETATS-UNIS Cette prouesse pourrait redonner de l'espoir aux millions de patients souffrant de problèmes de voix...

20 Minutes avec agences

— 

Souris de laboratoire.
Souris de laboratoire. — ROBERT F. BUKATY/AP/SIPA

Des chercheurs américains ont développé en laboratoire des tissus de cordes vocales. Les recherches en sont encore au premier stade, mais l’avancée est importante car les cordes vocales sont « un système délicat et difficile à répliquer », estime Nathan Welham de l’université du Wisconsin (Etats-Unis).

Les chercheurs ont également été capables de reproduire des vibrations

Cette découverte pourrait conduire à des greffes pour les millions de patients souffrant de problèmes de voix (quelque 20 millions de personnes souffrent d’un dysfonctionnement des cordes vocales aux Etats-Unis), estiment les chercheurs qui viennent de publier leurs travaux dans la revue médicale Science Translational Medicine.

>> A lire aussi : Peau artificielle : La sensation de toucher au bout des prothèses

On y apprend notamment que les fameux tissus de cordes vocales, développés en laboratoire en l’espace de deux semaines, à partir de fibroblastes (fibres qui produisent le collagène) et de cellules épithéliales humaines (qui forment un tissu de revêtement), ont tenu trois mois dans l’organisme d’une souris, dont le système immunitaire avait été modifié pour imiter celui des humains.

Les chercheurs ont également été capables de reproduire des vibrations une fois ces tissus transplantés sur des cadavres de chiens.

Il n’existe pour l’heure aucun traitement efficace

Dans le détail, les cellules ont été isolées, purifiées et appliquées sur un échafaudage en trois dimensions à base de collagène, du même type que les échafaudages utilisés pour développer de la peau artificielle en laboratoire. Les tissus ainsi développés avaient bel et bien « l’aspect de cordes vocales naturelles, humides et élastiques », décrit Nathan Welham.

Parvenir à des greffes de cordes vocales devait prendre des années, mais les chercheurs affirment que les premières étapes de leurs travaux sont prometteuses pour les patients. Il n’existe pour l’heure aucun traitement efficace pour les victimes de déficiences causées par un traumatisme, une blessure, une opération chirurgicale ou des cancers (de la tête et du cou).