VIDEO. Santé: Des chercheurs ont trouvé un moyen de prédire la sortie du coma

SANTE Ils ont eu recours à l'imagerie médicale pour observer l'état du cerveau des patients inconscients...

M.C.

— 

La qualité de connexion entre deux régions du cerveau pourrait permettre de prédire la sortie du coma.
La qualité de connexion entre deux régions du cerveau pourrait permettre de prédire la sortie du coma. — INSERM

Déterminer si un patient va sortir ou non du coma est aujourd’hui très difficile. Une donnée qui pourrait changer avec les travaux d’une équipe de scientifiques de l’Inserm-Université Toulouse III. Grâce à l’imagerie à résonance magnétique (IRM), les chercheurs de l’Unité 825 « Imagerie cérébrale et handicaps neurologiques » ont ainsi développé un indicateur qui pourrait permettre aux médecins de prédire la sortie d’un coma du patient à trois mois, selon l’étude dirigée par Stein Silva, réanimateur au CHU de Toulouse, et publiée dans la revue scientifique Neurology.

« Les patients dans le coma ne peuvent pas communiquer » et les médecins ne disposent donc à l'heure actuelle, pour évaluer leur état, que de « quelques données cliniques du système végétatif » comme les battements du cœur, explique dans une vidéo Patrice Péran, neuro-imageur à l’Inserm.

Qualité de connexion entre deux régions du cerveau

Pour tenter de mieux comprendre les « mécanismes » du coma, les chercheurs ont eu recours à l’imagerie médicale pour observer un groupe de 27 patients dans le coma et un autre de 14 individus conscients. Ils ont étudié deux régions du cerveau, appelées le cortex cingulaire postérieur et le cortex frontal médian, connues pour jouer un rôle dans la conscience.

D’après leurs observations, la qualité de la connexion entre ces deux régions était un indicateur de la récupération du patient : « les patients qui vont récupérer un état de conscience présentent des niveaux de connexions comparables à ceux observés chez les sujets sains, expliquent Stein Silva et Patrice Péran, cités par Le Monde. A l’opposé, une diminution de la communication entre les deux zones prédit une évolution défavorable vers un état végétatif ou un état de conscience minimale ».