Science: Une nouvelle piste pour expliquer la disparition des dinosaures

EXTINCTION La thèse de la météorite n'explique pas tout, les volcans auraient aussi joué un rôle...

20 Minutes avec agence

— 

Une reproduction de dinosaure, le 9 décembre 2009 au Palais de la découverte à Paris
Une reproduction de dinosaure, le 9 décembre 2009 au Palais de la découverte à Paris — Pierre Verdy AFP

Pluies acides, comète, allergie au pollen, autre espèce ayant dévoré tous les œufs… De nombreuses théories ont été avancées par les scientifiques pour expliquer un événement qui a fasciné plusieurs générations de curieux : l’extinction des dinosaures il y a 65 millions d’années.

Poussière et émanations toxiques fatales

Un consensus semblait avoir été trouvé depuis plus de trente ans : une énorme météorite s'est écrasée sur la Terre, et plus précisément au Mexique, créant un immense nuage de poussière qui aurait déréglé le climat et ainsi mis fin à toute vie sur la planète. Mais si ce n’était pas la seule explication ?

C’est la question à laquelle ont cherché à répondre des scientifiques travaillant aux Etats-Unis et en Inde, partant du principe que la thèse de la météorite ne suffisait pas à elle seule à expliquer une telle extinction. Leur théorie, dévoilée dans le magazine Science ce jeudi, va plus loin : en plus de l’impact de la météorite, de très importantes éruptions volcaniques en Inde auraient précipité la disparition des dinosaures en générant poussière et émanations toxiques fatales.

L’émergence ou la réémergence de la vie sur Terre ralenties

Et les scientifiques ont des preuves… L’examen d’échantillons de lave provenant du plateau de Deccan, à l’est de Bombay (Inde), a révélé que l’éruption qui est à leur origine s’est déroulée sensiblement au même moment que la chute de la météorite. C’est d’ailleurs son impact qui aurait modifié l’activité volcanique, doublant en 50.000 ans l’intensité des écoulements de lave dans la zone étudiée. Et pendant les 500.000 années suivantes, la fréquence et la violence des éruptions auraient ralenti l’émergence ou la réémergence de la vie sur Terre.

Il aurait donc fallu non pas un phénomène mais une multitude d’événements naturels pour venir à bout des dinosaures. Les fanatiques de ces animaux peuvent être fiers, leurs idoles n’ont rendu les armes que contre des forces bien plus puissantes qu’eux.