VIDEO. De l'eau s'écoule à la surface de Mars

SCIENCES L'agence spatiale américaine a identifié des écoulements de saumure en été...

Philippe Berry

— 

Ces traces sombres sur Mars sont des écoulements saisonniers d'eau salée, selon la Nasa.
Ces traces sombres sur Mars sont des écoulements saisonniers d'eau salée, selon la Nasa. — NASA/JPL-Caltech/Univ.of Ari/REX/SIPA

Ce n’est pas encore le Nil, mais c’est un début. Ce lundi, la Nasa a pour la première fois confirmé avoir « les preuves que de l’eau liquide s’écoule à la surface de Mars dans des conditions très particulières ».

Ce que la Nasa a découvert

Depuis 2010, l’agence avait identifié de nombreuses traces sombres sur des flancs de montagne et supposait qu’il s’agissait d’eau. La nouveauté, c’est que la Nasa a détecté la présence de sels minéraux hydratés. Ce qui, selon elle, prouve qu’ils ont été déposés par de l’eau liquide. Attention, il s’agit de preuves indirectes.

(Les écoulements mesurent jusqu’à 100 mètres de long - NASA)

Quelle est la composition de cette eau ?

L’eau n’est pas bonne à boire. Il s’agit de saumure, une solution saturée en perchlorates, des sels de magnésium et de sodium.

Ces écoulements font jusqu’à 100 mètres de long sur cinq de large. Pour couler à flanc de colline, il faut au moins une épaisseur d’un centimètre, selon la Nasa. Attention, l’animation ci-dessous est une simulation, pas une observation directe :

Comment les écoulements se forment ?

Là, c’est moins clair. Selon un des auteurs de l’étude, Lujendra Ojha, ces sels minéraux absorbent sans doute l’humidité de l’air, un phénomène appelé déliquescence. Mais il ne s’agit que d’une hypothèse. La densité de l’atmosphère martienne est faible (moins de 1 % comparée à celle de la Terre) et elle n’est pas riche en eau, ce qui complique la théorie. L’eau pourrait également venir de la glace souterraine ou de givre, mais c’est moins probable.

Pourquoi cette eau ne gèle-t-elle pas ?

Ces écoulements se produisent surtout en été, quand il fait le plus chaud. « Chaud » est relatif. S’il peut faire bon à l’équateur en journée, jusqu’à 20 °C, la température peut descendre jusqu’à - 70 °C la nuit. Selon la Nasa, l’eau coule quand il fait au minimum - 23°C. Elle ne gèle pas à cause de la forte concentration en sels.

Quelle est la prochaine étape ?

La Nasa doit envoyer un nouveau robot en 2020 qui sera chargé de collecter des échantillons qui seront stockés pour être ramenés sur Terre lors d’une future mission, si tout va bien. En cas d’exploration humaine, l’eau salée pourrait également être purifiée pour être consommée ou utilisée pour cultiver des plantes. Mais les quantités sont a priori limitées, et les calottes glaciaires ou l’océan qui pourrait se cacher sous la surface représentent sans doute de meilleures pistes.

Et la vie, dans tout ça ?

« Il y a 3 milliards d’années, Mars était une planète similaire à la Terre, avec des océans et des lacs », a rappelé Jim Green, le responsable des sciences planétaires à la Nasa. « On pense que la vie a pu exister par le passé, mais on ne sait pas si c’est toujours le cas aujourd’hui. » Selon lui, la découverte d’eau liquide représente toutefois « un élément crucial ». « Désormais, conclut le scientifique, on sait où chercher. »