Alaska: Une nouvelle espèce de dinosaure découverte

ARCHEOLOGIE Le spécimen mesurait jusqu'à 9m et résistait au froid...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'Ugrunaaluk kuukpikensis, une nouvelle espèce de dinosaure récemment découverte
Illustration d'Ugrunaaluk kuukpikensis, une nouvelle espèce de dinosaure récemment découverte — Capture d'écran - Twitter

Non seulement son nom est imprononçable mais en plus il vivait dans des régions peu hospitalières. Des chercheurs ont découvert dans le nord de l’Alaska : Ugrunaaluk kuukpikensis, un nouveau dinosaure. C’est en retirant du sol plus de 6.000 ossements d’une couche rocheuse vieille de 69 millions d’années qu’ils sont parvenus à reconstituer la bête. La plupart des ossements trouvés appartiendraient à des gros bébés d’une taille d’un à trois mètres rapporte Le Point.

Que nous disent les paléontologues sur Ugrunaaluk kuukpikensis ? Déjà, son nom de baptême signifie « brouteur ancien de la rivière Colville » dans la langue des Esquimaux inupiaqs, une peuplade vivant dans l’ouest de l’Alaska. Il s’agit d’un paisible herbivore muni d’une centaine de dents de la famille des hadrosauridés.

Une espèce vieille d’au moins 66 millions d’années

On retrouvait ces « dinosaures à bec de canard » en Amérique du Nord, en Asie et en Europe au crétacé supérieur (de - 100 millions d’années à - 66 millions d’années) précise Le Monde. Le quotidien ajoute qu’adulte, Ugrunaaluk kuukpikensis pouvait mesurer jusqu’à 9 mètres de long et se tenait sur ses pattes postérieures.

Les régions froides, terres d’accueil des dinosaures

Les chercheurs de l’université de l’Alaska de Fairbanks et du département des sciences de la vie de l’université de Floride qui ont publié ce mardi leurs travaux dans le journal de paléontologie Acta Palaeontologica Polonica pensent avoir fait une précieuse découverte. Cela ne tient pas à l’espèce qu’ils ont reconstituée mais au lieu des fouilles : la formation géologique de Prince Creek, située au nord de l’Alaska. Même si le climat était plus clément à l’époque, cela indiquerait que les dinosaures ne se contentaient pas seulement des régions chaudes.