Les canaris sont plus heureux en couple que célibataires

BIEN ÊTRE ANIMAL Selon l'étude d'une chercheuse française...

Romain Scotto

— 

Les canaris vivent plus heureux en couple que sans partenaire, selon une chercheuse française.
Les canaris vivent plus heureux en couple que sans partenaire, selon une chercheuse française. — Gerard Lacz / Rex Featu/REX/SIPA

Si la vie de célibataire a ses avantages, le couple préserve de la déprime. Du moins chez le canari. Mathilde Lalot, doctorante au laboratoire éthologie, cognition, développement de l’université Paris Ouest Nanterre, assure que ces oiseaux sont plus heureux lorsqu’ils vivent à deux que seuls dans une cage, comme le prouve la recherche qu’elle vient de réaliser sur le sujet.

Spécialiste de l’étude des capacités morales des animaux, la chercheuse se base sur un indicateur de bien-être qu’elle a mis au point chez les canaris. Il permet de mesurer le bien-être d’un individu en fonction de divers stimuli. « Vous conditionnez d’abord le canari pour qu’il réponde systématiquement à un stimulus attractif et qu’il ne réponde pas à un stimulus aversif, puis vous lui présentez un stimulus intermédiaire et vous voyez le résultat. »

Des mangeoires plus ou moins attractives

Les stimuli en question étaient des positions de mangeoires différentes. Dans un premier temps, on présentait au canari soit une mangeoire « attractive » (comprenant de la nourriture appréciée des canaris) d’un côté de la cage (a gauche par exemple), soit une mangeoire « aversive », (comprenant une nourriture amère) de l’autre côté (à droite).

Une fois que les canaris sont parvenus à systématiquement aller sur la mangeoire attractive et à éviter l’aversive vient la phase de test, où la chercheuse introduit une mangeoire intermédiaire, au milieu de la cage. Résultat : « Il met moins de temps à aller dessus s’il est en couple que s’il est isolé. Il va donc l’associer plus facilement à quelque chose d’attractif s’il est en couple. » En échangeant les groupes, c’est-à-dire en isolant ceux qui étaient en couple et inversement, ces résultats se vérifient parfaitement.

Pour la scientifique, le stimulus ambigu est plus facilement associé à quelque chose de positif si le bien-être général, l’état émotionnel de l’animal, est plus positif. Des expériences similaires ont déjà montré les mêmes résultats chez l’homme. Des individus dépressifs ont ainsi plus de mal à trouver positive une phrase ambiguë, neutre. Dans l’univers des canaris, ils auraient tendance à voir la mangeoire à moitié vide.