L'Homme à la loupe (4/5): Comment l’humanité va-t-elle évoluer ?

SERIE D'ETE (4/5) Cette semaine, « 20 Minutes » pose des questions – et apporte les réponses- sur un sujet qui nous intéresse tous : L’Homme…

Nicolas Bégasse

— 

L'humanité dans 1.000 ans, selon l'imagination du Sun.
L'humanité dans 1.000 ans, selon l'imagination du Sun. — The Sun

Quelle meilleure période que l’été, son soleil et ses plages, pour se regarder le nombril ? Toute cette semaine, la rédaction « sciences » de 20 Minutes porte le concept un peu plus loin en posant des questions étonnantes mais pas si bêtes sur vous, nous et les autres - sur l’Homme. Avec l’aide des chercheurs du Musée de l’Homme, qui rouvrira ses portes le 17 octobre prochain, posons-nous cinq minutes et explorons le passé, le présent et l’avenir de l’humanité.

Lundi : Le potentiel de notre cerveau est-il sans limite ?

Mardi : Les blonds et les roux vont-ils disparaître ?

Mercredi : Quelle couleur de peau avait Cro-Magnon ?

Vendredi : Pourquoi Néandertal a-t-il disparu ?

De grands yeux, six doigts et un gros cerveau, ou au contraire une petite cervelle et un air bête : quand la science, les médias ou la fiction imaginent l’homme du futur, dans 1.000 ou 100.000 ans, ils le voient changé physiquement. En s’inspirant d’usages courants – on mange gras, on regarde des écrans-, ils prévoient que l’évolution, celle-là même qui nous a fait descendre du singe, nous transformera. Qu’en est-il vraiment ?

Le premier élément à rappeler pour répondre à la question, c’est que l’humanité continue bel et bien d’évoluer. « Nous sommes tous porteurs de dizaines de nouvelles mutations par rapport à nos parents, indique Evelyne Heyer, professeur d’anthropologie génétique au Musée de l’Homme et commissaire de son exposition permanente. L’évolution est permanente, mais elle part dans tous les sens, et elle prend du temps. » Comme elle l’a toujours fait : l’évolution de l’espèce humaine n’est faite que de mutations qui « prennent » ou disparaissent au gré des reproductions et des migrations.

Nos ancêtres étaient plus grands

Et à long terme, justement, que peut-on imaginer ? L’Homme va-t-il continuer à grandir ? « Si vous regardez depuis 10.000 ans, la taille a diminué, écarte la chercheuse. Actuellement, on récupère la taille qu’on avait au paléolithique. Depuis 150 ans, c’est grâce aux conditions de vie, à une meilleure santé, que la taille augmente ; ce n’est pas une évolution génétique ».

Plus utile, peut-on espérer que l’évolution génétique de l’humanité la protège des désagréments qu’elle cause, comme la pollution ? « Il est dur de prévoir quelles populations vont avoir des évolutions avantageuses contre la pollution », répond Evelyne Heyer, ou si ces évolutions pourront se répandre. « Et on le saura de toute façon dans des milliers d’années, une telle évolution prend du temps. Or, le type de pollution aura beaucoup varié d’ici là. »

« Ce n’est pas parce que vous ne marchez pas que vos enfants auront de petites jambes »

Si l’on pousse l’idée de long terme pour imaginer l’humain du lointain futur, souvent décrit avec six doigts à chaque main, des membres faibles et un gros crâne, à quel point est-on dans l’erreur ? « Pour que ce type d’évolution se répande, il faudrait qu’elles soient avantageuses, explique Evelyne Heyer. En permettant de mieux survivre, ou de se reproduire plus facilement. » Et la chercheuse, qui doute sérieusement qu’un sixième doigt soit un facteur facilitateur pour la reproduction, de rappeler qu’« on a souvent l’image que quelque chose qui ne sert pas va disparaître. C’est un fantasme : ce n’est pas parce que vous ne marchez pas que vos enfants auront de petites jambes. Le gain ou la perte d’un organe, ça se joue sur des millions d’années ».

Et sur un temps aussi long, il est évidemment impossible de savoir comment l’humanité et ses gènes vont évoluer. « Les généticiens ne regardent que le temps présent », souligne Evelyne Heyer. Pour le passé, il y a les paléogénéticiens. « Quant à l’avenir des gènes, ce n’est pas un sujet très sérieux. »

Pour retrouver les réponses à de nombreuses autres questions consacrées à l’humanité, rendez-vous sur lhommeenquestions.fr.