«L'univers est en train de mourir»? 3 raisons pour lesquelles il ne faut pas s'inquiéter

SCIENCES D'ici à ce que l'univers disparaisse, d'autres catastrophes pourraient survenir sur Terre...

Anissa Boumediene

— 

Une galaxie observée par le télescope spatial Hubble.
Une galaxie observée par le télescope spatial Hubble. — SIPANY/SIPA

La nouvelle est tombée lundi : l’Univers est en train de mourir. D’une mort lente, selon une équipe internationale de scientifiques. « A partir de maintenant, l’Univers est voué au déclin », a averti Simon Driver, membre du Centre international de recherches radioastronomiques (Icrar) en Australie, qui a participé au projet. Dès lors, une question simple se pose : va-t-on tous mourir ? Pas de panique, tout ça n’est pas près d’arriver. D’ici là, le réchauffement climatique, un astéroïde ou encore l’expansion du Soleil ont plus de chances de s’occuper de notre cas. Petite leçon gratuite d’optimisme.

Le changement climatique

Il paraît que l’homme est un loup pour l’homme. Il est surtout un loup pour la planète. Alors que ce 13 août, la Terre aura consommé son crédit annuel de ressources naturelles, climatologues et défenseurs de l’environnement ne cessent de tirer la sonnette d’alarme. Le changement climatique est amorcé, les glaces fondent, le niveau des eaux grimpe et la planète s’épuise.

Sans compter la pollution qui explose, notamment en Chine. Là-bas, l’augmentation de la concentration en ozone est telle que l’air pollué s’exporte jusqu’aux Etats-Unis. De quoi peut-être creuser un peu plus le trou dans la couche d’ozone, ce bouclier protecteur essentiel à la vie sur Terre, qui commençait tout juste à se résorber.

Un gros coup de chaud

Une bonne partie de l’énergie qui circule dans l’Univers a été générée après le Big Bang, mais de l’énergie nouvelle est constamment libérée lors de la fusion thermonucléaire dans les étoiles. Problème : « L’univers va vieillir pour toujours. Il générera de moins en moins d’énergie à mesure que passeront les milliards d’années », décrypte le Dr Luke Davies, lui aussi membre de l’équipe de recherche de l’Icrar. « Finalement, l’univers deviendra un endroit de désolation, sombre et froid, où toutes les lumières se seront éteintes », précise-t-il. On y est : winter is coming.

Sauf que pas du tout. A long terme, c’est même un gros coup de chaud qui nous attend. Si aujourd’hui, le Soleil permet la vie sur Terre, dans cinq petits milliards d’années, l’astre sera sur le déclin. Mais plutôt que de se s’éteindre comme une vieille chandelle, il va s’étendre. Avec une taille cent fois supérieure à sa taille actuelle, il devrait transformer la Terre en rôti du dimanche.

Un astéroïde

Il y a 65 millions d’années, les dinosaures gambadaient sur la planète, jusqu’à ce qu’un astéroïde frappe la Terre et mette fin à leur règne. Si le cosmos décidait de remettre ça, les conséquences de l’impact de l’astéroïde sur la planète seraient difficilement surmontables : du temps des dinosaures, tsunamis, tremblements de terre et nombreux incendies furent de la partie et une épaisse couche de poussière a recouvert la Terre.

Après ça, Mère nature pourrait même nous gratifier d’une nouvelle ère glaciaire. Là encore, la mort lente de l’univers, processus longuissime qui s’étalera sur des milliards et des milliards d’années, sera le cadet de nos soucis.