L'Homme à la loupe (5/5): Pourquoi Néandertal a-t-il disparu?

SERIE D'ETE Cette semaine, « 20 Minutes » pose des questions – et apporte les réponses- sur un sujet qui nous intéresse tous : l’Homme…

Nicolas Bégasse

— 

Illustration: un Homo sapiens tient le crâne d'un Homo neanderthalensis.
Illustration: un Homo sapiens tient le crâne d'un Homo neanderthalensis. — MARY EVANS/SIPA

Quelle meilleure période que l’été, son soleil et ses plages, pour se regarder le nombril ? Toute cette semaine, la rédaction « sciences » de 20 Minutes porte le concept un peu plus loin en posant des questions étonnantes mais pas si bêtes sur vous, nous et les autres - sur l’Homme. Avec l’aide des chercheurs du Musée de l’Homme, qui rouvrira ses portes le 17 octobre prochain, posons-nous cinq minutes et explorons le passé, le présent et l’avenir de l’humanité.

A lire lundi : Le potentiel de notre cerveau est-il sans limite ?

A lire mardi : Les blonds et les roux vont-ils disparaître ?

A lire mercredi : Quelle couleur de peau avait Cro-Magnon ?

A lire jeudi : Comment l’Homme va-t-il évoluer ?

Parmi toutes les espèces d’hominidés ayant précédé ou côtoyé l’homme moderne, Néandertal occupe une place spéciale. Sentimentalement, déjà : il est le premier fossile du genre homo à avoir été trouvé, à une époque où l’on concevait encore mal que l’Homme avait pu, comme les autres animaux, évoluer. Historiquement ensuite : ayant peuplé l’Europe et l’Asie pendant plus de 200.000 ans, jusqu’à 30.000 ans avant notre ère, il a vécu au même moment et au même endroit qu’Homo sapiens – c’est-à-dire nous. Avant de s’éteindre. Comment, pourquoi ? 20 Minutes mène l’enquête sur cette disparition en explorant quatre pistes, avec l’aide d’Antoine Balzeau, paléoanthropologue au Musée de l’Homme.

Piste n°1 : L’assimilation

Même s’ils ont été rares, il y a eu des passages génétiques entre Néandertal et Homo sapiens. On estime que les humains actuels ont tous de lointains ancêtres néandertaliens – à l’exception des personnes originaires d’Afrique, où il n’a jamais vécu. « Les deux ont pu occasionnellement se reproduire entre eux », indique Antoine Balzeau, mais il s’agit bien de deux espèces différentes. « Certains singes d’espèces différentes, séparées depuis des millions d’années, peuvent se reproduire entre eux. Pour les hommes préhistoriques, c’est la même chose. » Pour autant, souligne le chercheur, « ça ne signifie pas qu’une espèce a pu se fondre dans l’autre, et ça n’explique pas la disparition de Néandertal ».

Piste n°2 : L’extermination

Si ce n’est pas l’amour qui a fait disparaître Néandertal, peut-être est-ce la guerre. On imagine facilement, il y a 30.000 ans, deux espèces humaines en concurrence s’affronter pour la terre, les ressources ou un simple sentiment de xénophobie. Mais a priori, on imagine mal. « On n’a retrouvé aucune trace de violences ou d’échanges entre Homo sapiens et Néandertal », affirme Antoine Balzeau. Qui prévient cependant : « Il est difficile de dire quels étaient leurs rapports, car on a une population de fossiles faible, d’une démographie qui était elle-même faible. »

Piste n°3 : La maladie

Une épidémie catastrophique touchant Néandertal mais qui aurait épargné Homo sapiens a-t-elle pu survenir il y a 30.000 ans ? L’idée paraît maligne, mais elle « ne repose sur pas grand-chose scientifiquement », estime le spécialiste, qui parle d’une thèse « peu probable ». Il faut dire qu’en plus de 200.000 ans, Néandertal s’est répandu en Europe et jusqu’à l’Asie centrale. Qu’une épidémie ait pu venir à bout d’une population aussi étalée peut en effet paraître étonnant.

Piste n°4 : La fatalité

Après trois fausses pistes, on commence à douter et on se tourne vers notre spécialiste pour lui demander si cette enquête mérite bien d’être menée. Sa réponse est nette : non. « On se pose des questions à propos de Néandertal qu’on ne se poserait pas pour d’autres espèces », s’amuse Antoine Balzeau. Pour lui, « il n’y a pas une raison à sa disparition, mais de nombreux facteurs, répartis sur des milliers de kilomètres carrés et des dizaines de milliers d’années. C’est en fait la fin logique d’une espèce biologique : il est arrivé, et il arrivera, la même chose à toutes les espèces. » Néandertal n’a pas été assassiné ; il est mort de vieillesse. Affaire résolue.

Pour retrouver les réponses à de nombreuses autres questions consacrées à l’humanité, rendez-vous sur lhommeenquestions.fr.