Le «yin et yang» de Pluton, illustration des mystères de la planète naine

ESPACE Mon premier est une zone noire, ancienne et ravagée, mon second une région blanche, jeune et lisse, mon tout est une énigme pour les planétologues...

N.Bg.

— 

Photo de la frontière Cthulhu/Tombaugh Regio sur Pluto.
Photo de la frontière Cthulhu/Tombaugh Regio sur Pluto. — NASA/JHUAPL/SWRI

Si l’on doutait encore que Pluton est une planète bien vivante, voilà de quoi trancher le débat. Une nouvelle photo prise par la sonde américaine New Horizons lors de son survol de la planète naine le 14 juillet dernier a été récupérée cette semaine, affichant un impressionnant contraste entre une zone très noire et couverte de cratères, et une région beaucoup plus claire et plane.

Ce « yin et yang » est situé juste à l’ouest de Tombaugh Regio, cette zone étonnamment lisse en forme de cœur. Pile à la frontière, en fait, avec cette grande région noire baptisée dans un premier temps « la baleine », mais affublée désormais du sombre nom de Cthulhu, du nom de l’entité monstrueuse des romans de H. P. Lovecraft.

Dans le cercle rouge : la frontière Tombaugh Regio/Cthulhu. - Nasa/20 Minutes

 

Et cette frontière est l’illustration parfaite du mystère qui a surpris la communauté des planétologues : pourquoi donc Pluton n’est-elle pas inerte comme on s’y attendait ? Trop vieille pour que la chaleur issue de sa formation ait pu être conservée, trop petite pour que la force de marée la réchauffe, elle ne devrait plus avoir la moindre activité géologique depuis bien longtemps. Pourtant, l’absence de cratères dans de larges zones semble bien être la preuve d’une telle activité. Sans parler de ces montagnes.

EN IMAGES. L’odyssée mouvementée de Pluton

Et pourtant, le yin tout noir de cette photo prise par New Horizons, âgé selon les spécialistes de milliards d’années, est le voisin direct de ce yang très lisse, qui ne peut avoir beaucoup plus de 100 millions d’années seulement. Mieux : les deux zones ont l’air d’interagir, comme semblent l’indiquer ces cratères noirs paraissent se « remplir » de blanc.

Comment expliquer cette activité géologique récente, voire actuelle ? Les nombreuses données que New Horizons continuera d’envoyer au compte-gouttes au cours des seize prochains mois permettront peut-être de répondre à cette intrigante question.