Le directeur de l'Agence spatiale européenne veut créer un village sur la lune

ESPACE Le scientifique français, Bernard Foing, avait émis l'idée en 2004 d'un village lunaire de robots...

20 Minutes avec agence
— 
Illustration de la pleine lune.
Illustration de la pleine lune. — Nasa/SIPANY/SIPA

Johan-Dietrich Woerner est le directeur de l'Agence spatiale européenne (ESA) depuis seulement une quinzaine de jours, mais l'homme a déjà des projets plein la tête. En effet, l'ingénieur allemand s'est dit favorable à la construction d'un village sur la lune dans une interview accordée le 13 juillet à la BBC.

Le scientifique français, Bernard Foing, avait émis l'idée en 2004 d'un village lunaire de robots. Mais l'ingénieur souhaite aller plus loin et créer un village de scientifiques du monde entier pour étudier l'univers. Cité par Slate, il explique : « Nous devons penser l'avenir au-delà de la Station spatiale internationale. Ce village lunaire nécessite des partenaires venus du monde entier qui contribueraient à cette communauté par des missions robotiques et astronautiques, mais aussi par un support de communication satellite. »

Mettre en place une coopération

A travers cette initiative, Johan-Dietrich Woerner aimerait aussi que l'espace soit un lieu de rassemblement et de paix entre les nations. « Nous avons suffisamment de problèmes sur Terre entre les différentes nations. L'espace peut dépasser ces problèmes et la lune semble être une bonne proposition pour une telle coopération », a ajouté le scientifique. Il souhaiterait donc réunir les projets spatiaux des Américains, des Russes, mais aussi des Chinois. Cependant, il se heurte au refus de la Nasa (l'agence spatiale américaine) de collaborer avec le programme spatial chinois, souhaitant se concentrer sur un potentiel voyage sur la planète Mars.

Problème, une grande collaboration internationale semble indispensable pour aboutir à un tel projet. L'Agence spatiale européenne ne peut évidemment pas endosser l'entièreté de ce projet au coût extrêmement important selon les dires de son nouveau directeur. Si on veut voir un jour des hommes résider sur la lune, la balle est pour l'instant dans le camp des Américains.