Pluton: Ce que l’on a découvert, ce qu’il reste à découvrir

ESPACE La sonde New Horizons a survolé la planète naine avec succès ce mardi...

Nicolas Bégasse

— 

Pluton photographiée par New Horizons avant son survol du 14 juillet 2015.
Pluton photographiée par New Horizons avant son survol du 14 juillet 2015. — NASA/APL/SwRI

Téléchargement en cours… Les données relevées par New Horizons lors de son survol de Pluton mardi n’ont pas encore été dévoilées, pour la simple raison que, vu la distance qui nous sépare de la sonde américaine, chaque information met plusieurs heures à nous parvenir. Plus de quatre heures ont ainsi été nécessaires pour que les données indiquant simplement que la sonde avait survécu à son survol parviennent aux techniciens de la Nasa.

En attendant que ceux-ci présentent, d’ici à ce mercredi soir normalement, son abondante collecte de données, on fait le point sur ce que ce voyage à 50.000 km/h aux confins du Système solaire nous a déjà appris – et sur ce que l’on est encore en droit d’attendre.

> Plus grosse que prévu

On l’écrivait avec aplomb en avril dernier : Pluton a un diamètre de 2.300 kilomètres. En fait, il ne s’agissait que d’une des estimations de la taille de la planète naine ; pas si éloignée de la réalité, car New Horizons a trouvé que Pluton fait très exactement 2.370 km de diamètre.

L’information est de taille : d’abord, elle confirme que Pluton est bien le plus gros objet transneptunien connu, plus grand notamment qu’Eris, qui avec ses 2.326 km de diamètre aurait pu lui faire de l’ombre. Elle renseigne aussi sur la composition de la planète naine : un diamètre plus grand signifie une densité plus faible, et donc une présence interne de glace un peu plus importante, relève la Nasa. De la même manière, la troposphère de Pluton, la couche basse de son atmosphère, est plus fine que ce qu’on pensait.

Pluton, sa lune Charon et la Terre à la même échelle. - Nasa

 

Reste à découvrir : la taille de ses lunes. Charon, la plus grosse d’entre elles, est bien connue et les relevés de New Horizons n’ont fait que confirmer le diamètre qu’on lui octroyait déjà, mais les quatre autres lunes de Pluton, bien plus petites, ont une taille qui reste à définir plus précisément.

> Des nuances d’ocre

On savait que Pluton avait une couleur rougeâtre. Et c’est tout. Le tout dernier cliché pris par New Horizons à une distance de 768.000 km, juste avant son approche finale, permet d’admirer dans le détail toutes les nuances de ce rougeâtre, en fait un ocre clair, une Mars en plus pâle.

Reste à découvrir : ce à quoi ressemblent les autres faces de Pluton, dans des nuances de couleurs affinées grâce au survol toujours plus proche de New Horizons.

> Une surface en activité

Là, on était en terrain totalement inconnu. A quoi pouvait ressembler la surface de Pluton ? On aura une réponse plus précise dans les heures à venir, mais la découverte principale jusqu’ici est l’immense (1.600 km de large, tout de même) région claire, en forme de cœur, située juste au-dessus de l’équateur de la planète (l’angle de la photo illustrant l’article montre surtout son hémisphère nord).

Certes, le « cœur » apporte une certaine poésie à ce survol par New Horizons. Mais il nous renseigne surtout sur l’activité de la planète : le cœur est très lisse, alors que de nombreux cratères se trouvent ailleurs sur la surface. Ce qui signifie que le cœur est jeune, et a pour l’instant été épargné par les chutes de météorites. Et donc que la planète est très active, renouvelant en partie sa surface par des phénomènes géologiques, atmosphériques… ou autres.

Reste à découvrir : tout, ou presque, les prochaines mesures envoyées par New Horizons promettant d’être bien plus fines. A titre d’exemple, la prochaine photo que l’on devrait recevoir aura une résolution dix fois meilleure que la dernière en date.