Rosetta: Philae se réveille et communique de manière «absolument remarquable»

ESPACE Le petit robot européen, installé sur la comète Tchouri, a donné à nouveau signe de vie après quinze jours de silence...

Thibaut Le Gal

— 

Vue d'artiste fournie le 20 décembre 2013 par l'ESA montrant le robot Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, surnommée "Tchouri"
Vue d'artiste fournie le 20 décembre 2013 par l'ESA montrant le robot Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, surnommée "Tchouri" — MEDIALIAB ESA

Philae est le roi du suspense. Le petit robot européen, installé sur la comète Tchouri, a donné à nouveau signe de vie après quinze jours de silence, a annoncé le Centre national d’études spatiales (Cnes) ce vendredi. La dernière communication entre Philae et Rosetta remontait au 24 juin. Depuis, les équipes de l’Agence spatiale européenne (ESA) responsables du robot commençaient à s’inquiéter. Plusieurs tentatives de contact entre la sonde et le robot avaient été tentées.

La huitième tentative fut finalement la bonne. « Philae envoyait jusque-là des bribes de conversations, mais jamais quelque chose d’aussi long. Jeudi soir, ça a duré 20 minutes, et c’était de manière continue. C’est absolument remarquable », s’enthousiasme Jean-Yves Le Gall, président du Cnes. Pendant les minutes de communication stable, le robot a pu transmettre des données.

« On est en train de récupérer les données, les analyses de la comète et des photos. Cela peut prendre un certain temps, précise Jean-Yves Le Gall. On moissonne et on verra ensuite ce qu’on a dans la récolte. »

« Cette liaison est de loin le meilleur créneau obtenu, avec très peu de coupures. Elle est de bon augure pour la suite, puisqu’une telle qualité de communication permettrait aux équipes de prendre la main sur Philae et de le commander alors que, jusqu’à maintenant, le robot se réveille, s’éteint et travaille de façon autonome », ajoute le Cnes dans un communiqué. Il s’agit d'« une nouvelle très encourageante pour la suite de la mission de Philae ».

« Plongée de la comète sur le soleil »

« On assiste en direct à la plongée de la comète sur le soleil, c’est extraordinaire. C’était important d’avoir une bonne liaison à ce moment », développe Jean-Yves Le Gall.

La comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko arrivera à son périhélie (le point le plus proche du Soleil) dans la nuit du 12 au 13 août. Les scientifiques espèrent que Philae, avec ses dix instruments, trouvera des molécules organiques complexes qui pourraient donner des clefs sur l’apparition de la vie sur Terre.