Solar Impulse 2: L'avion obligé d'atterrir à Nagoya au Japon pour des raisons météorologiques

SCIENCES Solar Impulse a été forcé d’interrompre sa progression…

20 Minutes avec AFP

— 

Solar impulse le 31 mai 2015.
Solar impulse le 31 mai 2015. — AP/SIPA

L'avion révolutionnaire Solar Impulse 2, qui s'est lancé dimanche matin à l'assaut du Pacifique, va être forcé de se poser à Nagoya, au Japon, en raison de la détérioration de la météo sur sa route prévue vers Hawaï, ont annoncé lundi les organisateurs. «La fenêtre météo s'est détériorée. Nous avons décidé de réaliser un atterrissage intermédiaire à Nagoya!», a annoncé le site Twitter officiel des organisateurs. L'étape imprévue a été confirmée par Bertrand Piccard sur le site de Solar Impulse.

Solar Impulse 2 a décollé dimanche à 2h39 (18h39 GMT samedi) de Nankin (est de la Chine) pour la plus périlleuse des étapes de son tour du monde, durant laquelle le pilote suisse devra tenir six jours et six nuits.

>> A lire: «C’est un avion expérimental, tout ce qu’on fait n’a jamais été fait avant»

Jamais Solar Impulse 2 n'avait volé au-dessus d'un océan

Les mauvaises conditions climatiques identifiées sont à des milliers de kilomètres de la position actuelle de l'avion, mais ce front nuageux doit absolument se dissiper avant qu'André Borschberg se retrouve au milieu du Pacifique, sans possibilité d'atterrir, a souligné Bertrand Piccard.

Ce revers ne semble pas en tout cas entamer le moral d'André Borschberg. «Je suis dans la meilleure situation possible: j'ai un avion fantastique et plein d'énergie», a tweeté le pilote de 62 ans. Son départ depuis Nankin, où l'avion était cloué depuis le 21 avril, avait été reporté à plusieurs reprises en raison d'une météo défavorable, notamment mardi dernier.

Jamais Solar Impulse 2 n'avait volé au-dessus d'un océan ni n'était resté en l'air plus de 24 heures : c'est dire si cette traversée du Pacifique sur 8.500 kilomètres représente un défi technologique et un exploit aéronautique historiques. M. Borschberg ne peut entrecouper sa performance que de brefs sommeils d'une vingtaine de minutes. Son siège, qu'il ne peut quitter, est équipé d'un système de WC.

L'appareil doit parcourir autour du globe 35.000 kilomètres

Tandis qu'il effectuait lundi ce vol d'attente, Solar Impulse 2 a dépassé la distance cumulée symbolique de 10.000 kilomètres depuis son départ le 9 mars d'Abou Dhabi. Grâce à ses ailes tapissées de plus de 17.000 cellules photovoltaïques, l'appareil entend faire un tour du monde destiné à promouvoir l'usage des énergies renouvelables, et en particulier l'énergie solaire.

Il a fait escale au sultanat d'Oman, en Inde, en Birmanie puis en Chine. Au total, l'appareil doit parcourir autour du globe 35.000 kilomètres, à une vitesse moyenne relativement modeste (entre 50 et 100 km/h), en survolant deux océans. Cette circonvolution était originellement prévue pour durer cinq mois, dont 25 jours de vol, avant un retour à Abou Dhabi.