SpaceX: La société californienne réussit un test d'éjection des astronautes

ESPACE Car fin 2017, le vaisseau de SpaceX transportera des astronautes vers la Station spatiale internationale ...

Marion Pignot

— 

La capsule du vaisseau Dragon va être lancée le mercredi 6 mai 2015 depuis Cap Canaveral en Floride
La capsule du vaisseau Dragon va être lancée le mercredi 6 mai 2015 depuis Cap Canaveral en Floride — SIPANY/

La société californienne SpaceX a testé avec succès ce mercredi, un système d'éjection permettant aux futurs équipages de son vaisseau spatial Dragon V-2 de se poser sans encombre sur l'océan en cas de problème du lanceur au décollage. Fin 2017, le Dragon V-2 transportera des astronautes vers la Station spatiale internationale (ISS) dans le cadre d'un contrat de 2,6 milliards de dollars avec la Nasa.

La capsule expérimentale non habitée, équipée de 270 capteurs avec à bord pour seul passager un mannequin, s'est arrachée de sa plateforme de tir sur la base aérienne de Cap Canaveral (Floride) comme prévu à 9h (13h GMT), selon les images retransmises en direct par la télévision de la Nasa.

La capsule propulsée à 1.500 mètres d'altitude en 90 secondes

Le test n'a duré que 90 secondes. La capsule Dragon V-2 et son système d'éjection ont été propulsés par huit moteurs SuperDraco jusqu'à environ 1.500 mètres d'altitude. Le système d'éjection s'est alors séparé de Dragon qui, peu après, a déployé trois grands parachutes rouges et blancs avant de retomber en douceur et se poser dans l'Atlantique, à environ 1,5 km au large de la côte.

Ce système est similaire au mécanisme d'éjection du siège d'un pilote de chasse, sauf que dans ce cas, c'est le vaisseau et son équipage qui sont éjectés, a expliqué SpaceX.

Le nouveau système d'injection pourrait fonctionner jusqu'à la mise sur orbite

Dans le détail, le système est semblable au mécanisme d'éjection du siège d'un pilote de chasse sauf que, dans ce cas, c'est le vaisseau et son équipage qui sont éjectés, précise Space X. Jusqu'à présent, le système de secours consistait en une petite fusée attachée sur le dessus du vaisseau.

En cas de problème du lanceur au décollage ou durant les tous premiers moments du vol, la fusée de secours allumait son moteur et emportait la capsule loin de la fusée. Complètement intégré au vaisseau, le nouveau système d'injection pourrait fonctionner jusqu'à la mise sur orbite, soit dix minutes après le décollage.

La capacité d'éjecter en sécurité les astronautes en cas d'urgence est un critère essentiel pour la prochaine génération de capsules habitées. C'est l'une des conditions posées par la Nasa pour octroyer son certificat de navigabilité aux vaisseaux des sociétés avec lesquelles elle a conclu un contrat.