Le vaisseau Progress se consumera dans l'atmosphère vendredi

ESPACE Chaque année, trois à quatre cargos de ce type sont lancés...

20 Minutes avec agences

— 

Un vaisseau Progress quitte l'ISS le 25 avril 2015.
Un vaisseau Progress quitte l'ISS le 25 avril 2015. — Cristoforetti /ESA/NASA/SIPA

Le vaisseau cargo inhabité Progress, en chute libre dans l'espace depuis la perte de contrôle il y a des opérateurs russes la semaine dernière, se désintégrera ce vendredi en entrant dans l'atmosphère a-t-on appris ce mercredi. 

Quelques fragments devraient atteindre la surface de la terre

Dans un communiqué, l'agence spatiale russe Roskosmos a expliqué: «D'après les calculs des spécialistes de Roskosmos, il se désintégrera le 8 mai entre 01H23 et 21H55 heure de Moscou». Cette dernière précise que le vaisseau va intégralement se consumer en traversant les couches de l'atmosphère de la Terre. Seuls quelques petits fragments atteindront la surface de la planète.

 

Quelques heures après son décollage le 28 avril, le Progress M-27M, qui devait s'arrimer mardi à la Station spatiale internationale qu'il devait ravitailler, n'a plus répondu aux ingénieurs russes et a commencé à avoir des réactions incontrôlables. La semaine dernière, Alexandre Ivanov, vice-président de l'agence spatiale russe avait rapporté les conclusions de la commission d'enquête sur l'incident, précisant que celui-ci a eu lieu au moment de la séparation entre le vaisseau et la fusée.

500 millions d'euros de pertes

La perte du vaisseau, estiméee à près d'un demi-milliard d'euros constitue un coup dur pour le secteur spatial russe, un domaine stratégique, déjà dans le collimateur du pouvoir pour de cuisants revers. Malgré cette perte, l'équipage de l'ISS qui dispose de plusieurs mois de réserves, n'est pas en danger. Un vaisseau de ravitaillement Dragon, de la société américaine SpaceX, devrait rallier l'ISS au plus tôt le 19 juin.

Chaque année, trois à quatre cargos Progress sont envoyés dans l'espace, apportant du matériel et autres fournitures nécessaires à la vie dans l'ISS. Après leur mission, ils retombent et se consument dans l'atmosphère au-dessus de l'océan Pacifique.