Crash dans l'espace: La sonde Messenger va s'écraser sur Mercure

ESPACE L'impact va être observé de près par les scientifiques de la Nasa...

N.Bg. avec AFP

— 

Vue d'artiste de la sonde Messenger orbitant la planète Mercure.
Vue d'artiste de la sonde Messenger orbitant la planète Mercure. — NASA/JHU APL/Carnegie Institution of Washington

Une longue vie de dur labeur qui va s'achever par un crash à 14.000km/h. La sonde Messenger de la Nasa devrait s'écraser sur Mercure le 30 avril prochain après avoir épuisé son carburant, mettant fin à une fructueuse mission d'exploration de la plus petite planète du Système solaire, qui est aussi la plus proche du Soleil.

Le vaisseau frappera le sol de Mercure à plus de 14.000 km/h sur la face de la planète opposée au Soleil, permettant aux ingénieurs de l'agence spatiale américaine d'observer l'impact en temps réel.

Durée de vie initiale largement dépassée

Lancée en 2004, Messenger (MErcury Surface, Space ENvironment, GEochemistry, and Ranging) s'était mise en orbite autour de Mercure en mars 2011 après trois survols rapprochés. «Après la dernière manoeuvre prévue le 24 avril, le vaisseau aura épuisé quasiment tout son carburant, de l'hélium», a expliqué jeudi Daniel O'Shaughnessy, l'ingénieur système de la mission.

Initialement prévue de durer un an, la mission de Messenger a été prolongée à deux reprises pour se poursuivre près de quatre ans de plus. Parmi les découvertes scientifiques clé, la sonde a fourni en 2012 des données confortant l'hypothèse que Mercure contient d'abondantes quantités d'eau sous forme de glace dans les cratères des régions polaires, très froides, qui ne voient jamais le Soleil.

(c)Nasa - Mercure avec de fausses couleurs représentant les variations chimiques et minéralogiques du sol. En vrai, la planète est sombre, et même très sombre.

Le Soleil n'en a pas fini avec les sondes

Une nouvelle sonde, européenne cette fois, doit partir vers le Soleil dans les prochaines années. Baptisée Solar Orbiter, elle dépassera Mercure pour s'approcher au plus près de l'astre du jour et l'observer en détail. Lancée en octobre 2018, elle mettra trois ans et demi à atteindre son orbite opérationnelle, très elliptique, autour du Soleil.

La sonde, qui sera dotée d'un bouclier contre la chaleur, est conçue notamment pour étudier les vents solaires, les particules solaires énergétiques, le champ magnétique du Soleil. Elle fournira aussi des images et des données qui couvriront les régions polaires et la face du Soleil non visible depuis la Terre.