La création de bébés génétiquement modifiés inquiète des chercheurs

ETHIQUE La technologie pourrait permettre de modifier le génome de l'embryon pour les corriger...

Philippe Berry

— 

La méthode CRISP-Cas9 permet de modifier un brin d'ADN.
La méthode CRISP-Cas9 permet de modifier un brin d'ADN. — J.DOUDNA/UC BERKELEY

L'ingénierie génétique de l'humain arrive à grands pas. Après les tests pour détecter les anomalies, la technologie évolue et pourrait permettre de modifier le génome de l'embryon pour les corriger. Mais avec des implications éthiques et sociales sans précédent, un collectif de 18 chercheurs appelle à la tenue d'un grand sommet et à l'imposition d'un moratoire des essais cliniques sur l'homme.

«Nous voulons avertir les gens que c'est désormais facile», écrit dans Science le prix Nobel de médecine, David Baltimore. Selon lui, par le passé, «c'était tellement compliqué» que «personne ne pouvait vraiment le faire».

Une nouvelle méthode mise au point en 2012

La révolution a un nom: CRISPR-Cas9. Cette méthode, relativement simple et bon marché, utilise une enzyme pour découper un brin d'ADN pour désactiver ou corriger un gène. S'appuyant sur des recherches des années 80, la technique a été mise au point en 2012 par l'Américaine Jennifer Doudna et la Française Emmanuelle Charpentier, aujourd'hui installée en Allemagne.

Des recherches ont été menées sur la souris et le singe, et les scientifiques estiment qu'elle peut fonctionner chez l'homme. Si des garde-fous sont en place aux Etats-Unis et en Europe, ce n'est pas le cas de tous les pays.

Des modifications héréditaires

Avec le décodage du génome humain, les scientifiques savent désormais quelle séquence d'ADN chercher. Désactiver une maladie génétique, protéger d'un futur cancer ou de la maladie d'Alzheimer, doter le futur individu d'os plus solides ou de muscles plus développés... «Nous avons le potentiel pour prendre le contrôle de notre destinée génétique, et cela pose un péril gigantesque pour l'humanité», explique au New York Times le chercheur George Daley.

Car ces manipulations génétiques, si elles sont effectuées au niveau de la lignée germinale (des cellules qui peuvent devenir des spermatozoïdes ou des ovocytes), seraient transmises aux générations futures et deviendraient ainsi héréditaires. Mieux vaut ne pas se planter avec le copier-coller.

>> La méthode Cas9 en vidéo (anglais)