Vapeur d’eau, points brillants ou volcans: «Cérès nous intéresse beaucoup»

INTERVIEW Le planétologue Pierre Beck apporte son éclairage alors que la planète naine, visitée vendredi par la sonde Dawn, s'apprête à livrer ses secrets...

Propos recueillis par Nicolas Bégasse

— 

Vue d'artiste: la sonde Dawn se dirige vers Cérès. Lancer le diaporama
Vue d'artiste: la sonde Dawn se dirige vers Cérès. — NASA/JPL-Caltech

Pour la première fois, une planète naine va recevoir la visite rapprochée d’une sonde humaine. Et c’est ce vendredi que ça se passe, la sonde américaine Dawn s’apprêtant à entrer en orbite autour de Cérès, «petite sœur» de Pluton située entre les orbites de Mars et de Jupiter. Quel est l’intérêt de la mission? 20 Minutes a recueilli l'éclairage de Pierre Beck, planétologue et maître de conférences à l’université Joseph-Fourier.

Comment expliquer que Dawn et Cérès passionnent moins le public et les médias que Rosetta et Tchouri?

Rosetta était LA grande mission de la décennie de l’Agence spatiale européenne, bien plus chère que Dawn et aussi plus ambitieuse. Pour Rosetta, il y avait aussi tout l’enjeu, risqué, de l’atterrissage du module Philae. Dawn est un peu plus traditionnelle.

Et au sein de la communauté scientifique, on est passionné?

Cérès nous intéresse beaucoup, oui, déjà par sa taille: elle représente à elle seule un tiers de la masse totale de la ceinture d’astéroïdes. Ensuite parce que c’est la première fois qu’on va se mettre en orbite autour d’une planète naine. Enfin parce que dans la «zoologie» des astéroïdes, il est de type C, carboné, et censé contenir de la matière organique, voire de l’eau. Cet intérêt a été renforcé quand, il y a un an, on a découvert une fine enveloppe autour de Cérès qui contient bel et bien de l’eau s’échappant épisodiquement. Ça a été une vraie surprise. Maintenant, on a Dawn qui arrive, et qui vient de photographier deux points blancs à la surface de Cérès… ça ajoute encore à l’excitation.

(c) NASA/JPL-Caltech/UCLA/MPS/DLR/IDA/- La surface de Cérès mise à plat.

Justement, ces deux points brillants ont surpris la Nasa. On sait ce que ça peut être?

Il y a trois hypothèses. Ils pourraient être le résultat d’un impact de météorite, qui aurait déposé de la glace sur Cérès. Cette glace, instable à la surface de la planète, serait en train de s’évaporer ce qui produirait ces points plus brillants. Deuxième possibilité, une comète aurait pu créer un cratère suffisamment profond pour que de la matière remonte, riche en glace –ici, ces points blancs seraient une sorte de fenêtre sur l’intérieur de Cérès. Dernière hypothèse, Cérès pourrait avoir une dynamique interne, et des remontées chaudes par endroits, à l’image d’une activité volcanique.

Des remontées chaudes, donc de l’eau à l’état liquide?

Certains proposent qu’il y ait de l’eau liquide à l’intérieur de la planète. Personnellement je ne m’attends pas vraiment à ça, ce serait très surprenant. Mais c’est pour ça qu’il est si intéressant d’explorer ces objets du Système solaire.

Que pourrait nous apprendre Cérès sur le Système solaire?

Elle contient potentiellement de la matière organique et, s’il n’y a pas d’eau liquide aujourd’hui, il a pu y en avoir dans le passé. Or de l’eau, des minéraux et de la matière organique, c’est la recette de la vie sur Terre. Cérès peut aider à répondre à cette question: est-ce que cette vie est reproductible ailleurs que sur la Terre?