SpaceX tentera, quand même, de poser une fusée sur une barge en mer

ESPACE La société américaine devait, ce mardi, faire atterrir le premier étage de sa fusée sur une plateforme offshore. Malgré le report du lancement, Space X garde en tête son défi...

20 Minutes avec agences

— 

La société américaine Space Exploration Technologies (ou SpaceX) est la première entité privée à avoir réussi à arrimer vendredi une capsule à la Station spatiale internationale (ISS), avec l'arrivée de son vaisseau Dragon à l'avant-poste orbital.
La société américaine Space Exploration Technologies (ou SpaceX) est la première entité privée à avoir réussi à arrimer vendredi une capsule à la Station spatiale internationale (ISS), avec l'arrivée de son vaisseau Dragon à l'avant-poste orbital. — Bruce Weaver afp.com

SpaceX (Space Exploration Technologies) est en lice pour un nouvel exploit. La société américaine, qui est l'une des deux seules firmes privées avec qui l'agence spatiale américaine (Nasa) a conclu des contrats d'approvisionnement de l'avant-poste orbital (1), va bientôt tenter une première: faire atterrir le premier étage de sa fusée Falcon 9 sur une plateforme dans l'Atlantique. 

Cet atterrissage «d'une précision de dix mètres», indique la firme sur son site internet, devait être réalisé lors du vol prévu, ce mardi matin (à 11H20 GMT), et juste après avoir lancé sa capsule Dragon pour une mission de ravitaillement de la Station spatiale internationale (ISS). Seulement le lancement de la capsule Dragon a été reporté moins de deux minutes avant l'heure prévue du décollage et en raison d'un problème technique, selon la retransmission en direct du lancement par la télévision de la Nasa. Le challenge reste d'actualité mais il est donc remis à plus tard...

Vers un premier étage de Falcon réutilisable

SpaceX travaille, en effet, depuis deux ans au développement de technologies permettant de récupérer le premier étage de son lanceur, afin de réduire les coûts de lancement. Elle est déjà parvenue à deux reprises l'an dernier à faire redescendre le premier étage pour un amerrissage en douceur.

Cet essai sera le premier d'une série visant à mettre au point un premier étage de Falcon 9 entièrement réutilisable. L'idée est de pouvoir un jour le faire revenir se poser à proximité du site de lancement, précise la société qui envisage aussi de récupérer le second étage à plus long terme.

 

50% de chance de réussite ?

«Contrôler le premier étage de Falcon qui mesure l'équivalent d'un immeuble de 14 étages avançant à 2.092 km par seconde revient à essayer de maîtriser un manche à balai posé sur la paume de la main en pleine tempête», soulignait la firme de Californie dans un communiqué, en décembre. En effet, le premier étage de Falcon devait, ce matin, pouvoir se poser sur une plateforme de 91 mètres de long sur 170 mètres de large, flottant à 322 km au nord-est de Cap Canaveral (floride). Du jamais-vu.

Mais réussir un atterrissage précis sur une plateforme flottante non amarrée dans l'océan est «beaucoup plus difficile», expliquait récemment Ellon Musk, le fondateur milliardaire et patron de SpaceX, estimant les chances de succès à «50% au mieux». Avant d'annoncer sur le site Reddit n'avoir «aucune idée» des chances de succès.

La plateforme offshore destinée à récupérer le premier étage de la fusée Falcon 9 mesure 91 mètres sur 170 mètres seulement. - Spacex

Tout repose donc sur les ailerons de la fusée qui devraient guider la fusée qui, trois minutes après le décollage (prévu à 11h20) et sa séparation de la capsule non habitée Dragon, rallumera ses moteurs en rétropropulsion à trois reprises, lors de son retour dans l'atmosphère, pour freiner sa descente d'une centaine de kilomètres.

Mais aussi sur le prochain lancement de Dragon qui, on l'espère sera cette fois-ci réussi, alors qu'il s'agit-là du deuxième report de l'opération qui était initialement prévue en décembre mais avait été repoussé en raison d'anomalies lors de tests effectués sur Falcon 9 sur le pas de tir. 

(1) Falcon 9 transporte la capsule Dragon avec 2,2 tonnes de fret, dont des provisions pour les six membres d'équipage de l'ISS, des matériels et équipements d'expériences scientifiques, une caméra IMAX ainsi que des pièces de rechange. Il s'agit-là de la cinquième mission de ravitaillement de l'ISS effectuée par SpaceX pour le compte de la Nasa, sur les douze prévues dans le cadre d'un contrat de 1,6 milliard de dollars.