Mission Rosetta: L'eau de la Terre proviendrait des astéroïdes

ESPACE La signature atomique des molécules d'eau captées à proximité de Choury est très différente de celle se trouvant sur la Terre...

20 Minutes avec AFP

— 

Mission Rosetta: Les photos de Philae et de Tchouri
Mission Rosetta: Les photos de Philae et de Tchouri — 20 minutes - Slideshow

L'eau terrestre provient d'astéroïdes qui ont frappé notre planète il y a 3,9 milliards d'années et non de noyaux cométaires, révèlent des mesures faites par la sonde Rosetta en orbite autour de la comète Tchourioumov-Guérassimenko, où le robot Philae s'est posé en novembre. «Nous devons conclure que l'eau terrestre a été plus probablement apportée par des astéroïdes que par des comètes», a expliqué lors d'une conférence de presse Kathrin Altwegg de l'Université suisse de Berne, principal auteur de cette étude publiée mercredi dans la revue américaine Science.

>> Relire ici notre long format sur Rosetta

La signature atomique des molécules d'eau très différente

A l'aide d'un spectromètre, les chercheurs ont déterminé que la signature atomique des molécules d'eau captées à proximité de Tchourioumov est très différente de celle se trouvant sur la Terre. Les scientifiques mesurent le ratio entre le deutérium, un isotope d'hydrogène, et l'hydrogène, qui forme l'eau avec l'oxygène.

«Ce ratio de deutérium par rapport à l'hydrogène [dans les molécules d'eau de la comète Tchourioumov] est probablement le plus élevé de tous les corps du système solaire» et représente trois fois celui de l'eau sur Terre, a souligné le professeur Altwegg. Le ratio est ainsi de 30 à 120% supérieur à celui trouvé dans les molécules d'eau de la comète de Halley, qui appartient pourtant à la même famille cométaire, dite de Jupiter, formée dans la ceinture de Kuiper.

Un ratio deutérium/hydrogène élevé «signifie que la comète Tchourioumov s'est formée à très basse température, probablement au tout début du système solaire» il y a 4,6 milliards d'années, a déterminé la scientifique.

«Ce résultat rend les choses un peu plus complexes»

En revanche, l'eau trouvée sur des astéroïdes a un ratio deutérium/hydrogène beaucoup plus faible et donc similaire à l'eau terrestre. Les comètes sont riches en eau, ce qui n'est pas le cas des astéroïdes dont certains en sont même dépourvus. Mais, explique Francis Rocard, responsable du programme Rosetta au Centre national d'études spatiales, on a recensé à ce jour beaucoup plus d'astéroïdes (650.000) que de comètes (4.000).

«A mon avis, ce résultat de Rosetta ne bouleverse pas les choses mais les rend un peu plus complexes qu'on ne le pensait, tout en renforçant l'hypothèse des astéroïdes » comme source de l'eau terrestre. En effet, «le ratio deutérium/hydrogène de l'eau est variable d'une comète à l'autre, beaucoup plus, apparemment, que pour les astéroïdes et, pour le moment, on a du mal à s'y retrouver», poursuit le scientifique.