La capsule Orion pourra embarquer quatre astronautes, normalement à partir de 2021 (vue d'artiste).
La capsule Orion pourra embarquer quatre astronautes, normalement à partir de 2021 (vue d'artiste). — NASA

ESPACE

VIDEO. Un test crucial pour la capsule Orion en vue d'un vol habité vers Mars

Le décollage, sans astronaute, est prévu jeudi à 13h05...

C'est le premier vaisseau spatial développé par les Etats-Unis depuis 30 ans. Avec les yeux rivés sur Mars à l'horizon 2035, la Nasa veut reprendre la main et doit prouver que sa capsule Orion est prête pour un premier vol habité prévu en 2021.

>> Le décollage à suivre en direct sur Nasa TV à 13h05

Tout commence avec le décollage, si tout va bien, jeudi à 7h05 (13h05 en France), sans astronaute à bord. Mardi, la Nasa a donné le feu vert, avec des conditions météo favorables à 60%. Après la séparation avec son lanceur, la capsule va effectuer deux fois le tour de la Terre, grimpant à 5.800 km d'altitude, soit près de 15 fois plus loin que l'orbite de la Station spatiale internationale. Après un vol total de 4h24, Orion doit réentrer dans l'atmosphère dans des conditions infernales, à 32.000 km/h et par 2.200°C. Freinée par des parachutes, elle doit se poser dans le Pacifique en douceur vers 11h29 (17h29 en France), au large de la Baja California.

1.200 capteurs

Lors de son vol express, Orion doit notamment traverser la ceinture de Van Allen. Parmi les 1.200 capteurs embarqués, les plus importants sont ceux qui surveillent le niveau de radiations afin de vérifier que les boucliers protégeront suffisamment les futurs astronautes.

A partir de 2021, Orion devrait emmener quatre astronautes pour des missions de 21 jours en orbite lunaire. L'étape suivante sera une rencontre avec des modules habitables plus lointains, avant un voyage vers un astéroïde en 2025 puis vers Mars dans les années 2030. Orion a été conçu pour pouvoir être upgradé d'ici là.

Jeudi, la pression sera au maximum pour la Nasa, après les accidents récents de son sous-traitant Orbital Sciences et de Virgin Galactic. Un incident remettrait sans doute en question un calendrier actuel fragilisé par des réductions budgétaires. Le vol de jeudi est un petit pas pour la science, mais un grand pour la politique.

>> La mission d'Orion en vidéo