Trois raisons qui rendent la mission Hayabusa-2 encore plus folle que Rosetta

ESPACE Le lancement de la sonde spatiale japonaise a lieu mercredi…

Nicolas Beunaiche

— 

Capture d'écran d'une vidéo de présentation de la sonde Hayabusa-2, qui doit être lancée le 3 décembre 2014.
Capture d'écran d'une vidéo de présentation de la sonde Hayabusa-2, qui doit être lancée le 3 décembre 2014. — SCIENCES MAG

A côté d’elle, la mission Rosetta ressemblerait presque à l’envol d’un cerf-volant. La sonde japonaise Hayabusa-2, dont le décollage doit avoir lieu mercredi, à 13h22 (4h22, heure de Paris), a pourtant le même objectif que son homologue européen: percer le mystère de l’origine du monde en forant un corps du Système solaire contenant du carbone et de l’eau. Mais Jaxa, l’agence japonaise d’exploration spatiale, devrait offrir au monde un spectacle encore plus impressionnant que Rosetta.

Un canon spatial va exploser au-dessus de l'astéroïde

Hayabusa-2 se situe quelque part entre Interstellar et Armageddon. Sur le papier, son objectif est simple: collecter des poussières contenues dans le sous-sol d’un astéroïde poétiquement nommé 1999 JU3. Mais pour y arriver, Jaxa a décidé d’un scénario digne du film avec Bruce Willis. Il est ainsi prévu qu’Hayabusa-2 libère deux véhicules, et non pas un seul comme dans le cadre de la mission Rosetta: un véhicule robotisé appelé Minerva2 et un atterrisseur nommé Mascot. Largués sur l'astéroïde, ces deux petits engins doivent en analyser la surface. Puis la sonde va procéder au défi le plus spectaculaire: lâcher un impacteur et aller se cacher derrière l'astéroïde, pendant que cette sorte de canon spatial explosera au-dessus de 1999 JU3 pour projeter violemment une boule de métal censée y creuser un cratère de plusieurs mètres de diamètre.

Le lancement sera filmé en ultra-haute définition

Le pays de Sony et Toshiba ne pouvait pas manquer l’occasion de diffuser un spectacle de cette dimension. En attendant 2018 et le clou du spectacle, un consortium de diffuseurs, de médias et d’industriels a donc annoncé que le lancement de la sonde, mercredi, serait retransmis sur une chaîne spéciale en qualité 4K, quatre fois supérieure à la haute définition actuelle. Concrètement, la retransmission se fera en direct sur un canal satellite 4K expérimental depuis la base de Tanegashima, dans le sud du Japon. Le format 4K correspond à une image de 2.160 lignes horizontales comportant chacune 3.840 points, soit environ huit millions de pixels, quatre fois plus que la haute définition actuelle. Outre la prouesse technologique, le but de cette diffusion est commercial: inciter les téléspectateurs à se doter de téléviseurs compatibles 4K.

La mission sera forcément épique

Si Hayabusa est affublée d’un petit 2, c’est parce que la sonde a une grande sœur. Une aînée qui a déjà vécu une aventure similaire et haute en couleurs. Lancée en 2003, Hayabusa première du nom s’était élancée vers l’astéroïde Itokawa, à 290 millions de kilomètres de la Terre. Après un atterrissage réussi en 2005, la sonde avait prélevé des échantillons. Mais des difficultés de télécommunications, des avaries avec les moteurs, les batteries et d'autres équipements avaient ensuite contraint les techniciens à redoubler d'imagination pour reprendre son contrôle et la faire revenir, avec trois ans de retard. Le voyage se transforma en un périple de sept ans et plusieurs milliards de kilomètres. A tel point qu’Hayabusa est, depuis, devenue un symbole de la persévérance japonaise. Sa petite sœur va-t-elle la rejoindre au Panthéon japonais des exploits spatiaux? Début de réponse ce mercredi.

La sonde Hayabusa-2, dévoilée le 31 août 2014 à Sagamihara, par l'agence spatiale japonaise. - Tsuyoshi Matsumoto/AP/SIPA