Mission Rosetta: Philae s'est posé mais reste sur un fil en raison d’un problème de harpons

ESPACE Si l’atterrissage s’est passé normalement, un problème lié au déclenchement des harpons inquiète la communauté scientifique…

Vincent Vantighem

— 

La sonde spatiale Rosetta et l'atterrisseur Philae ont été lancés en 2004.
La sonde spatiale Rosetta et l'atterrisseur Philae ont été lancés en 2004. — CNES/EKIS France, 2013

«Philae s’est posé! Philae nous parle!» Andrea Accomazzo en a fait tomber le micro mais a libéré toute la communauté scientifique européenne. Il était un peu plus de 17h, mercredi, quand le directeur de vol de la mission Rosetta a confirmé que le robot Philae avait bien atterri sur la comète Churyumov-Gerasimenko à 511 millions de kilomètres au-dessus de nos têtes.

>> Découvrez notre web-documentaire sur la mission Rosetta

Vingt ans après avoir été pensé, dix ans après avoir été lancé dans le coffre de la sonde Rosetta, Philae a donc réussi l’exploit d’être le premier engin terrestre à poser le pied sur une comète qui file à la vitesse de 10 kilomètres par seconde. Mais les scènes d’embrassades et le bruit des bouchons de champagne qui pètent ont vite cédé la place à un silence inquiétant au centre opérationnel de Darmstadt (Allemagne).

>> Revivez l’atterrissage en live comme-dans-la-navette-spatiale

«Les harpons pourraient ne pas s’être activés ce qui voudrait dire que nous ne sommes pas arrimés sur la surface de la comète, a fini par lâcher en début de soirée l’Agence européenne spatiale (ESA). Nous devons analyser la situation…»

Le robot pèse un gramme dans l’espace

Elle pourrait s’avérer plus problématique que prévu. Destinés à ancrer le module au sol, les harpons de ce concentré de technologie de la taille d’un frigo sont, en effet, une pièce essentielle. Tout simplement parce que l’engin d’un poids de 100 kg sur Terre ne pèse pas lourd dans l’espace. «Son poids est ramené à un gramme en raison de l’absence de gravité, décrypte l’astrophysicien Francis Rocard. Si il n’est pas fixé au sol, il peut dégager au moindre dégazage de la comète…»

>> Eclairage: Les harpons ne se sont pas déclenchés correctement

Soumise à des écarts de températures en fonction de sa position par rapport au Soleil, la surface de «Choury» dégage par moments d’impressionnants panaches de poussières. C’est d’ailleurs l’analyse de cette poussière qui pourrait être perturbée, voire empêchée, par ce problème technique. Si l’engin n’est pas ancré au sol, les scientifiques pourraient être tentés de ne pas activer la foreuse qui, en attaquant le sol cométaire, renverrait irrémédiablement Philae dans les airs stellaires.

«Vous avez gagné», salue François Hollande

Mais si les expériences «sur zone» sont perturbées, l’expédition est d’ores et déjà considérée comme un succès. «Vous avez gagné, c’est une avancée considérable de la conquête spatiale», a ainsi indiqué François Hollande qui a chamboulé son agenda pour venir assister à l’atterrissage depuis la Cité des Sciences de Paris.

Reste à savoir si ce sera également une avancée pour comprendre comment la vie est apparue sur Terre il y a des milliards d’années. Les expériences menées sur les macromolécules de carbone qui composent la comète peuvent en effet dévoiler les éléments qui ont ensemencé les océans et créé la vie. Avec ou sans harpons, le travail ne fait donc que commencer.