La Chine placera une sonde en orbite autour de la Lune d'ici à fin 2014

ESPACE Le pays veut combler son retard en matière d'exploration spatiale...

20 Minutes avec AFP

— 

Un croissant de Lune vu depuis la Station spatiale internationale.
Un croissant de Lune vu depuis la Station spatiale internationale. — N.A.S.A/SIPA

La Chine poursuit pas à pas sa conquête de l'espace. Pour la première fois, le pays va placer cette année une sonde en orbite autour de la Lune, destinée à revenir ultérieurement sur la Terre, une nouvelle étape de l'ambitieux programme spatial de Pékin, ont annoncé les autorités.

La mission sera lancée avant la fin de l'année, a indiqué l'administration d'Etat chargée des programmes scientifiques pour la Défense nationale chinoise, dans un communiqué publié dimanche. Un tel module orbital, pour revenir sur Terre, doit être conçu de façon à résister aux très hautes températures provoquées par les frictions à son entrée dans l'atmosphère terrestre.

Mettre à l'épreuve de nouvelles technologies

Cette sonde permettra de mettre à l'épreuve des technologies qui seront ensuite utilisées pour la mission Chang'e-5 (du nom de la déesse de la Lune dans la mythologie chinoise), qui visera à collecter des échantillons du sol lunaire, selon l'agence Chine nouvelle.

Pékin, qui accuse un lourd retard technologique, considère son onéreux programme spatial comme un symbole de l'ascension de la Chine parmi les puissances mondiales.

L'an dernier, un module d'exploration chinois - surnommé le «Lapin de jade» («Yutu» en mandarin) - s'était posé en douceur sur la Lune, avant de connaître quelques problèmes mécaniques. Il s'agissait de la mission Chang'e-3. Cet alunissage en douceur représentait un exploit que seuls les Etats-Unis et l'URSS étaient parvenus à réaliser auparavant, et qui n'avait plus été accompli depuis plus de 37 ans.

Le programme spatial chinois, supervisé par l'armée, prévoit également d'installer une station permanente en orbite avant 2020, pour, à terme, envoyer un homme sur la Lune. Un haut responsable scientifique cité par les médias officiels avait indiqué en 2012 que la Chine prévoyait de prélever des échantillons sur Mars avant 2030.