Grande-Bretagne: Londres investit près de 380 millions d'euros en recherche génétique

SCIENCES Le projet vise à séquencer le génome des tumeurs et des cellules saines de près de 75.000 patients malades…

20 Minutes avec AFP

— 

E.FEFERBERG / AFP

Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé ce vendredi avoir octroyé 300 millions de livres (378 millions d'euros) au financement d'un projet de recherche génétique sur les personnes atteintes de cancers ou de maladies rares.

Ce projet de recherche vise à séquencer le génome des tumeurs et des cellules saines de près de 75.000 patients atteints de cancers ou de maladies rares ainsi que d'étudier celui de leurs proches parents.

Cancers et maladies rares

Pour l'heure, le projet a déjà séquencé 100 génomes et l'objectif est d'en cartographier 100.000 d'ici à la fin 2017.

Ces recherches «vont placer en quelques années le Royaume-Uni en pointe des recherches génétiques dans le monde», a affirmé le Premier ministre britannique.

Les chercheurs espèrent que l'identification de modifications dans le code génétique entre une cellule saine et une cellule cancéreuse va permettre de développer des traitements plus ciblés, personnalisés et efficaces.

Identifications recherchées

L'analyse génomique des tumeurs a déjà permis de mettre au point des traitements ciblés pour certains types très spécifiques de cancers.

L'imatinib (Glivec) a ainsi transformé le pronostic des leucémies porteuses d'un réarrangement de gènes (la translocation BCR-ABL). Le trastuzamab (herceptine) est également utilisé pour traiter les cancers du sein qui «surexpriment» le gène du récepteur HER2.

Certains cancers et leucémies ciblées

Les recherches britanniques visent plus particulièrement les cancers de l'intestin, du sein, du poumon, de l'ovaire et de la prostate ainsi que les leucémies.

La fondation Wellcome Trust, le conseil pour la recherche médical (Medical Research Council) et le service public de santé britannique, le NHS, participent au projet de recherche qui est supervisé par Genomics England, une structure mise en place par le ministère de la Santé.

Effets secondaires des chimiothérapies

La société californienne de séquençage de gènes, Illumina, a quant à elle remporté le contrat pour fournir la technologie nécessaire pour développer le projet. Elle doit investir 162 millions de livres dans le projet.

«Dans 20 ans, les chercheurs et l'industrie auront développé des thérapies qui seront personnalisées et ciblées sur des formes spécifiques de cancer», a affirmé le directeur de la Wellcome Trust, Jeremy Farrar.

«Nous regarderons 20 ans en arrière et les chimiothérapies qui donnent tous ces effets secondaires désagréables seront une chose du passé», a-t-il ajouté.