Une arche de Noé pour les plantes

Yaroslav Pigenet

— 

Des chercheurs norvégiens ont découvert sur l'archipel du Svalbard, au beau milieu de l'Arctique, une "mine" de fossiles de reptiles marins, dont celui d'un très rare prédateur qualifié de "tyrannosaure des océans", a annoncé jeudi Joern Hurum, un responsable de l'équipe.
Des chercheurs norvégiens ont découvert sur l'archipel du Svalbard, au beau milieu de l'Arctique, une "mine" de fossiles de reptiles marins, dont celui d'un très rare prédateur qualifié de "tyrannosaure des océans", a annoncé jeudi Joern Hurum, un responsable de l'équipe. — AFP/Archives

Les autorités norvégiennes viennent de dévoiler les plans architecturaux de « la chambre forte du Jugement Dernier », une banque de semence internationale qui garantira la préservation à long terme des cultures vivrières fondamentale et la biodiversité végétale.

En service en 2008

La construction d’une chambre forte de semences sur l'archipel de Svalbard (Norvège), sur le cercle polaire, avait été annoncée en juin 2006 par les chefs d’Etat de cinq pays nordiques et le Fond Mondial pour la Diversité des Cultures (Global Crop Diversity Trust ). Le gouvernement norvégien vient de révéler quelle sera l’architecture de ce bâtiment pour lequel il va débourser 30 millions de Couronnes Norvégiennes (3,7 millions d’euros). Sa construction débutera en mars prochain et il devrait entrer en service en 2008.

3 millions d'échantillons

Les deux chambres fortes de 360m² seront situées au bout d’un tunnel de 120m creusé dans la montagne de l’île de Spitsbergen, à une altitude (130m) qui la met à l’abri de la montée prévisible du niveau des mers dans les deux prochains siècles. Cette installation pourra contenir jusqu’à 3 millions d’échantillons de semences, conservées à -18°C par un système de refroidissement électrique. De quoi conserver pendant au moins 30 ans les graines les plus fragiles.

Une banque de secours

Selon Cary Frowler, secrétaire exécutif du Global Crop Diversity Trust, une fois mise en service, cette chambre forte sera à la disposition des nations du monde entier, elle « fournira des moyens pratiques pour réimplanter des cultures détruites par des catastrophes de premier ordre » : guerre nucléaire, catastrophes naturelles, accidents écologiques mais aussi « des erreurs de gestion et des coupes budgétaires à courte vue ».