Le corps capable de lutter seul contre le sida?

SANTE Des chercheurs américains ont découvert une molécule qui empêcherait la destruction des cellules par le sida

S.C.

— 

Une nouvelle analyse d'experts, publiée mercredi par la revue britannique Nature, met sérieusement en doute la culpabilité des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien, ac
Une nouvelle analyse d'experts, publiée mercredi par la revue britannique Nature, met sérieusement en doute la culpabilité des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien, ac — AFP/Archives

La solution viendrait-elle de notre propre corps ? Des chercheurs américains ont découvert une molécule qui empêcherait la destruction des cellules par le sida. Produite naturellement par l’organisme, elle pourrait en outre contribuer à reconstituer celles détruites par l'infection.

 
Le virus du sida attaque le système de défense de l'organisme en se dissimulant à l'intérieur des cellules immunitaires lymphocyte-T, rappellent les chercheurs de l'Institut national américain des maladies infectieuses et des allergies (NIAID).
Au fil de la progression de l'infection, ces cellules s'autodétruisent, un suicide cellulaire appelé apoptose qui se propage aux cellules non encore infectées.

Pour empêcher cela, les chercheurs ont testé le rôle de la molécule interleukine 7 (IL-7) sur des échantillons sanguins de 24 sujets infectés par le sida à différents stades. Le sang des malades traité a montré une réduction de l'apoptose, ce qui s'est traduit par un renforcement du système immunitaire. Les effets de l'IL-7 ont varié en fonction du degré d'avancement de l'infection, mais ces résultats indiquent que la molécule pourrait être utilisée comme antirétroviral pour reconstituer les cellules immunitaires endommagées par le sida.
Cette découverte suscite de nombreux espoirs : c’est en effet la première fois que les effets du virus peuvent être stoppés, même «réparés», les antirétroviraux actuels s’efforçant de stabiliser ou de ralentir l’avancée de la maladie. La lutte contre le sida prend ainsi une nouvelle tournure.