L’huile de lavande ferait pousser les seins des garçons

Yaroslav Pigenet

— 

Capitale du nougat, la ville de Montélimar (Drôme) s'efforce d'apparaître également comme le pays de la lavande, un souci de diversification touristique qui présente l'avantage de venir en aide à un secteur en crise.
Capitale du nougat, la ville de Montélimar (Drôme) s'efforce d'apparaître également comme le pays de la lavande, un souci de diversification touristique qui présente l'avantage de venir en aide à un secteur en crise. — Philippe Merle AFP

L’exposition prolongée à certaines huiles essentielles incorporées aux produits cosmétiques peut entraîner une féminisation des jeunes garçons. C’est ce que vient de montrer une équipe américaine dans la revue médicale New England Journal of Medecine

Gynécomastie

Derek Henley et ses collaborateurs ont étudié le cas de 3 jeunes garçons âgés de 4, 7 et 10 ans et souffrant de gynécomastie, un développement anormal du tissu mammaire entraînant l’apparition de seins. Cette anomalie apparaissant parfois, de manière spontanée, transitoire et réversible, durant la puberté, les chercheurs ont d’abord soupçonné un dérèglement hormonal précoce de ces enfants non pubères ; mais les analyses sanguines ont montrés que ces derniers étaient en parfaite santé et que leur production d’hormone sexuelle était normale pour leur âge.

Un effet réversible

En inspectant les habitudes des trois patients, l’équipe s’est alors rendu compte qu’ils avaient tous été exposés, de façon régulière et prolongée, à deux types d’huiles essentielles largement utilisés dans les déodorants, lotions et shampoing : l’essence de lavande et l’essence de theier. Dès que les enfants ont cessé d’utiliser tout produit contenant ces essences, les symptômes ont disparu en quelques mois.

Féminisation in vitro

Les auteurs de l’étude en ont déduit que les essences de lavande ou de theier interagissent avec les hormones sexuelles humaine. Ils ont ensuite testé cette hypothèse in vitro sur des cultures de cellules mammaires ; ils ont ainsi constaté que ces essences « imitent » les hormones sexuelles féminines et ont tendance à inhiber l’action des hormones masculines. Ce déséquilibre entraîne ainsi une féminisation qui se manifeste par l’apparition de seins.

Gare aux huiles castratrices

Selon Henley, cette étude soulève un sérieux problème, car les deux huiles essentielles incriminées sont vendues un peu partout, pure ou diluées dans un nombre croissant de produits cosmétiques. Même si le chercheur reconnait que des études plus poussées sont nécessaires pour déterminer à partir de quelle dose ces essences commencent à avoir un effet « féminisant » visible, il suppose que ce seuil varie en fonction de la durée d’exposition, de la concentration en huile du produit, mais aussi de prédispositions génétiques. En tout état de cause il invite consommateurs et médecins à une plus grande vigilance dans l’utilisation de ces produits.