Comète explosive, poussières d’astéroïde: Qu’est-ce qui se passe dans l’espace en 2014?

Vincent Vantighem

— 

Vue d'artiste de la planète HD 189733b, dont la couleur bleu azur rappelle celle de la Terre vue de l'espace.
Vue d'artiste de la planète HD 189733b, dont la couleur bleu azur rappelle celle de la Terre vue de l'espace. — AFP PHOTO / ESA/HUBBLE/NASA / M. KORNMESSER

Parce que le cœur spatial de la France se situe toujours à Kourou (Guyane), c’est par un peu de musique créole que le Centre national des études spatiales (Cnes) a invité, ce lundi, la presse à tourner la tête vers les étoiles. Un moyen amusant de présenter tous les grands événements spatiaux qui vont rythmer l’année 2014. 20 Minutes vous emmène sur le pas de tir…

Rosetta a rendez-vous avec la comète Churyumov-Gerasimenko

Non, Rosetta n’est pas qu’un très bon film des frères Dardenne. C’est aussi le nom d’une sonde envoyée dans l’espace voilà dix ans. Mise en hibernation ces deux dernières années, sans communication avec la Terre, elle doit être «réveillée» le 20 janvier 2014. Il faut dire qu’avec un tel voyage, elle approche doucement de la comète Churyumov-Gerasimenko.

Après une période consacrée à la cartographie, Rosetta larguera en novembre 2014 l’atterrisseur Philae sur la comète pour une période d’études scientifiques du noyau. «L’opération est extrêmement complexe, avoue Jean Yves Le Gall, le président du Cnes. Si ça marche, 2014 sera l’année Rosetta. La réalité dépassera la fiction !» Car, oui, comme dans Armageddon de Michael Bay, la comète émet des jets sporadiques de gaz et poussières…

 
Armageddon

 
Mascot à la recherche de poussières d’astéroïde

Il s’appelle 1999 JU3. Et il présente un intérêt déterminant pour les chercheurs français. Cet astéroïde, resté vraisemblablement dans son état primitif, n’aurait pas subi de transformations majeures depuis sa formation. Autant dire que le carbone qui le compose doit être sacrément solide. Les Japonais ont décidé d’aller vérifier. En décembre, la mission Hayabusa II emmènera dans ses bagages Mascot, un petit atterrisseur de dix kilos seulement. Après quatre ans de voyage, il doit être largué sur l’astéroïde pour effectuer des prélèvements durant… douze heures. Quand on aime les découvertes, on ne compte pas les heures de voyage…

Athéna-Fidus va offrir le haut débit aux militaires français

Les militaires français en mission au Mali ou en Centrafrique devront attendre quelques jours de plus. Prévu le 23 janvier, le lancement du satellite Athéna-Fidus a été repoussé de quelques jours. Une fois dans les cieux, ce concentré de technologie italo-français doit acheminer des communications haut débit protégées par cryptage aux militaires français. Notamment afin de les aider dans les liaisons avec les drones.

Le cœur des taïkonautes chinois sera sous contrôle

Les Chinois se sont portés volontaires pour être les premiers «cobayes». En orbite à bord du module spatial TiangGong 2, les taïkonautes participeront au programme Cardiospace. Les chercheurs se sont en effet rendu compte que les astronautes de retour d’un vol spatial subissaient un déconditionnement cardiovasculaire porteur de risques médicaux sérieux.  Raison de plus pour surveiller ce qu’il se passe quand les astronautes se promènent tranquillement bien au dessus de nos têtes.

Et aussi…

En juin, le cinquième véhicule de transfert automatique européen, baptisé Georges-Lemaître, doit rejoindre la Station spatiale internationale pour l’approvisionner en eau, nourriture et oxygène. Dans le même temps, des Ballons stratosphériques ouverts (BSO) doivent être lancés depuis l’Ontario pour effectuer des mesures de vapeur d’eau et de chimie de l’atmosphère. Les premiers satellites du système Galileo, système européen de navigation par satellite, doivent également être lancés depuis la base de Kourou.