Le grand bond dans l’espace des Chinois

Vincent Vantighem

— 

Le lapin de Jade, la sonde spatiale lunaire chinoise.
Le lapin de Jade, la sonde spatiale lunaire chinoise. — PETER PARKS/AFP

Il est descendu en douceur de la rampe et a entamé ses premiers tours de roues, entraînant une salve d’applaudissements dans le siège chinois qui dirige les opérations. Lapin de Jade, le véhicule téléguidé envoyé par les Chinois sur la Lune, a entamé ce dimanche l’exploration de la «Baie des arcs-en-ciel», nom donné à l’endroit où la sonde spatiale de l’Empire du milieu a atterri samedi.

La Chine est devenue, ce week-end, la troisième nation mondiale, après les Etats-Unis et la Russie, a réussir un alunissage en douceur grâce à sa sonde spatiale Chang’e-3. Les premières images du véhicule téléguidé répondant au doux nom de Lapin de Jade ont été diffusées en direct sur la chaine d’Etat CCTV.

La Chine vise une place de partenaire de premier plan

«Le programme lunaire chinois se déroule au rythme prévu sans qu’il y ait de rupture», a commenté Isabelle Sourbès-Verger, spécialiste du programme spatial chinois au CNRS. Après l’envoi d’une première sonde Chang’e-1 en 2007 et d’une seconde Chang’e-2 en 2010, l’Empire du milieu prouve qu’il faudra compter sur lui dans les prochaines opérations de conquête spatiale.

«Cela va peut-être réveiller les autres nations qui s’étaient endormies», confie à 20 Minutes, l’ancien spationaute Jean-Loup Chrétien. Car le souci prioritaire de la Chine est, selon Isabelle Sourbès-Verger, de «montrer qu’elle rattrape progressivement les premières puissances spatiales afin de s’assurer d’une place de partenaire de premier plan dans les coopérations internationales futures».

Réveiller la fibre patriotique chinoise

A l’heure où les nations de premier plan s’interrogent sur la possibilité d’envoyer une mission sur Mars, la Chine ne veut pas rester à la traîne. L’intérêt est double. D’abord en interne où la population s’est montrée extrêmement fière de la réussite du projet spatial.

Ensuite vis-à-vis des autres grandes nations de ce globe lancées dans une course à l’espace qui sera de plus en plus convoité en raison des besoins dans le secteur des télécommunications. Bien campé sur ses six roues, Lapin de Jade doit donc servir autant à réveiller la fibre patriotique des Chinois qu’à montrer aux étrangers qu’il faudra compter sur lui dans les prochaines années. La preuve, il devrait gambader pendant trois mois sur la Lune et ramener des photos et échantillons d’endroits jusqu’ici inexplorés.