Le sida et la malaria complices en hécatombe

Yaroslav Pigenet

— 

Une étude publiée dans la revue «Science» affirme que la malaria et le sida, deux des principaux fléaux de l’Afrique, favorisent chacun la prolifération de l’autre.


En étudiant la progression de l’épidémie de sida dans la ville de Kisumu au Kenya, une équipe de chercheurs américains a constaté que celle-ci croissait beaucoup plus vite que ne pouvaient l’expliquer les comportements sexuels des malades. La région étant également très affectée par la malaria, ils ont donc cherché s’il existait un lien entre les deux épidémies.

Ils ont ainsi découvert que chez un malade du sida qui a contracté malaria, le nombre de virus VIH dans le sang – la charge virale- peut être multipliée par 10 par rapport à un malade «normal». Porteurs d’une plus grande quantité de virus, ces patients ont donc plus de chance de contaminer leurs partenaires sexuels.

Réciproquement, l’affaiblissement des défenses immunitaire par le sida favorise une co-infection par la malaria. Les scientifiques qui ont mené l’étude estiment que 5% des kenyans malades du sida et 10% des malades de la malaria l’ont été à cause de cette co-infection. Une nouvelle preuve, pour eux, que les deux maladies doivent être combattues simultanément.