Des traces d'eau découvertes dans l'atmosphère de cinq exoplanètes

ESPACE Elles ne sont pas habitables pour autant: il s'agit de géantes gazeuses peu hospitalières...

P.B.

— 

Vue d'artiste de l'exoplanète WASP-12b.
Vue d'artiste de l'exoplanète WASP-12b. — NASA

La chasse aux planètes habitables en dehors du système solaire continue. Le bon vieux télescope Hubble a détecté des traces d'eau gazeuse dans l'atmosphère de cinq exoplanètes, une «signature» cruciale pour espérer trouver une forme de vie telle que nous la connaissons sur Terre. L'étude, menée par une équipe de la Nasa, est présentée cette semaine dans le Journal d'astrophysique.

Les cinq planètes sont des «Jupiter chauds», des géantes gazeuses qui font le tour de leur étoile en quelques jours. En clair, les conditions de température et de pression y sont extrêmes, et l'eau ne peut pas exister sous forme liquide. Impossible, donc, d'aller y piquer une tête.

D'autres candidates

Ces planètes sont situées à plus de 800 années-lumières de la Terre. Elles sont donc bien trop loin pour y envoyer une sonde pour une observation directe. Il existe cependant de meilleures candidates.

Pour l'instant, les planètes les plus prometteuses se trouvent à environ 20 années-lumières de distance. Gliese 581c et 667C sont des «Super Terres», légèrement plus grosses que notre planète, mais a priori rocheuses et situées dans la zone habitable de leur étoile. Pour l'instant, on ne sait rien sur leur atmosphère et on ignore donc si elles contiennent de l'eau. Pour en savoir davantage, il faudra attendre la mise en orbite de télescope spatial James Webb pour une observation directe, si tout va bien, en 2018.