VIDEO. La Nasa confirme la disparition de la comète ISON

Philippe Berry

— 

La comète ISON, photographiée par l'astronome amateur allemand  Waldemar Skorupa, le 16 novembre 2013.
La comète ISON, photographiée par l'astronome amateur allemand  Waldemar Skorupa, le 16 novembre 2013. — schweifstern.marcel-klein.net

Heure du décès: entre le 28 novembre et le 1er décembre 2013. Cause de la mort: a voulu s'approcher un peu trop près du Soleil.

Alors que de nombreux astronomes amateurs espéraient que la comète ISON ait survécu à sa rencontre avec le Soleil, la Nasa a livré un verdict funeste, lundi soir: si «quelque chose» a bien survécu au passage dans le voisinage du disque solaire et «est reparti dans l'espace», il semble «que ce n'était que de la poussière», écrit l'agence américaine.

>> La vidéo par les sondes SOHO et STEREO

Plus de noyau

Jeudi soir, quasiment tout le monde avait enterré ISON. Dans les jours suivants, des images ont toutefois montré que quelque chose brillait encore. Mais après l'analyse des derniers résultats, il «semble probable qu'il n'y avait plus de noyau dès le 1er décembre», écrit la Nasa.

Composé de glace, de poussière et de gaz, le noyau de la comète n'a visiblement pas réussi à conserver son intégrité sous l'effet de la température, des radiations et des forces électromagnétiques du Soleil. Le verdict définitif sera livré par le télescope Hubble dans les prochains jours, précise la Nasa. Dans tous les cas, les chances d'observer un spectacle cosmique à l’œil nu en décembre sont désormais nulles.

Un voyage de plusieurs millions d'années

ISON est née il y a 4,5 milliards d'années dans le glacial nuage d'Oort, situé en bordure de la zone d'influence du Soleil, à 1 année-lumière de la Terre (soit un quart de la distance entre le Soleil et son étoile voisine, Proxima du Centaure).

Sous l'effet de forces gravitationnelles, elle s'est retrouvée éjectée de son cocon à une date comprise entre 1 et 5 millions d'années. Son voyage a commencé à vitesse réduite mais, attirée par le Soleil, la comète a progressivement accéléré: de 150.000 km/h au début du mois à 1,3 million de km/h le 28 novembre, pour son virage final. Adieu, ISON, tu nous auras bien fait rêver.