Une mission habitée vers Mars jugée possible dans les 20 prochaines années

ESPACE Les plus grands experts se réunissent à partir de ce lundi pour faire le point sur la faisabilité d'un tel voyage...

20 Minutes avec AFP
— 
Lever de soleil sur Mars, image générée par ordinateur.
Lever de soleil sur Mars, image générée par ordinateur. — NASA/JPL-Caltech

  Les experts à  la Nasa comme dans le secteur privé s'accordent désormais à penser  qu'une mission habitée vers Mars est du domaine du possible dans les 20  prochaines années, même si les défis sont immenses.

Une conférence de trois jours visant à examiner la  faisabilité et l'utilité d'un tel périple, co-organisée par l'Université  George Washington, réunit à partir de ce lundi dans la capitale fédérale  certains des plus grands spécialistes du sujet comme Buzz Aldrin,  deuxième homme à avoir marché sur la Lune, ainsi que plusieurs hauts  responsables de la Nasa y compris son directeur Charles Bolden.

>> Les dates-clé de la conquête spatiale: Notre diaporama par ici

Le regain d'intérêt pour la planète rouge a suscité ces  derniers mois plusieurs projets d'aventuriers plus ou moins sérieux dont  l'un propose même un aller simple pour réduire les coûts. Le public américain paraît aussi très favorable à l'envoi  d'astronautes sur Mars, selon un récent sondage du groupe à but non  lucratif Explore Mars et le géant aérospatial Boeing.

«Une mission habitée vers Mars est une priorité de la Nasa»

Cette enquête auprès de 1.101 personnes montre que 75%  seraient favorable à doubler l'enveloppe annuelle de la Nasa,  actuellement de 17 milliards de dollars, pour financer une telle  mission. L'agence spatiale ne reçoit que 0,5% du budget fédéral  comparé à 4% lors du projet Apollo de conquête de la Lune dans les  années 1960.

Le patron de la Nasa, Charles Bolden, a récemment répété qu'«une mission habitée vers Mars est une priorité de la Nasa». Le plus grand obstacle à un tel projet est la crise  budgétaire des Etats-Unis, estime Scott Hubbard, professeur à  l'Université Stanford en Californie et ancien responsable du programme  d'exploration de Mars à la Nasa.

«Aller sur Mars ne nécessite pas des miracles mais de  l'argent»

«Si on lançait ce projet aujourd'hui, il serait possible de  poser des hommes sur Mars dans 20 ans», estime-t-il dans un entretien  avec l'AFP. «Aller sur Mars ne nécessite pas des miracles mais de  l'argent et un programme pour répondre aux défis technologiques et  d'ingénierie», souligne l'expert sans donner d'estimation de coût que  certains chiffrent à plusieurs centaines de milliards de dollars.

Poser sur Mars une masse de 30 à 40 tonnes nécessaires pour  une telle mission sera l'un des plus grands défis techniques, juge Scott  Hubbard, soulignant la grande difficulté bien connue d'entrer dans  l'atmosphère martienne. Quant au transport, la Nasa continue à developper un lanceur  lourd (SLS) et la capsule Orion en vue de mission d'exploration spatiale  habitée lointaine. Toutefois, Scott Hubbard estime qu'un moteur nucléaire,  encore à développer, serait préférable en assurant une poussée constante  qui réduirait de moitié la durée du périple de six à neuf mois.

La distance Terre-Mars varie de 56 à 400 millions de kilomètres selon la position des deux planètes.

«Mieux comprendre les effets des radiations cosmiques»

Outre les obstacles technologiques, les effets néfastes sur  l'organisme humain de long séjours spatiaux ne sont pas encore bien  compris, dont surtout les radiations cosmiques.

«Les radiations dans l'espace  avec le risque accru de cancer est un danger certain pour l'équipage  que nous devons mieux comprendre», explique à l'AFP Stephen Davison,  responsable à la Nasa du programme de biologie de l'espace au Centre spatial Johnson à Houston où se situe le centre d'entraînement des astronautes.

Outre ces radiations, les effets de la microgravité sur la  pression intra-crânienne sont apparemment responsables de problèmes de  vision plus ou moins sévères observés chez des astronautes dans la  Station spatiale internationale (ISS), dit-il. La perte de masse osseuse et musculaire en apesanteur est en revanche bien contenue avec de l'exercice.

Enfin le troisième grand problème est d'ordre psychologique  pour des astronautes isolés passant de longues périodes confinées dans  des espaces réduits, poursuit Stephen Davison. Selon lui, «il faut étudier les effets biologiques et  psychologiques des voyages spatiaux pendant encore au moins dix ans»  dans l'ISS avant d'entreprendre une mission vers Mars.