Découverte de deux nouvelles planètes susceptibles d'abriter une forme de vie

ESPACE Deux nouvelles exoplanètes situées dans une «zone habitable» ont été découvertes par la Nasa...

Avec Reuters

— 

Illustration galaxie prise par un télescope de la NASA
 
Illustration galaxie prise par un télescope de la NASA   — SIPA USA/SIPAUSA/SIPA

Le télescope spatial Kepler de la Nasa a détecté deux exoplanètes situées dans une «zone habitable» par rapport à leur étoile, et donc susceptibles d'abriter une forme de vie, ont rapporté ce jeudi des scientifiques américains.

Ces deux planètes désignées sous les noms de Kepler-62e et kepler-62f, sont en orbite autour de l'étoile Kepler-62, à 1.200 années lumière de nous, dans la constellation de la Lyre. Kepler-62e et kepler-62f, qui ont 1,5 fois la taille de la Terre, sont situées à la bonne distance de leur étoile pour avoir à leur surface une eau liquide, élément capital pour l'apparition et le développement de la vie. Par ailleurs selon les modélisations, ces deux planètes sont vraisemblablement  telluriques, composées de roche et de glace. «Ces deux planètes là sont les meilleures candidates pour être habitables(...)», a expliqué un des scientifiques suivant le télescope Kepler, William Borucki, du Centre de recherches Ames de la Nasa, lors d'une conférence de presse.
 

700 planètes découvertes depuis 1995

Les scientifiques ont également découvert tout récemment deux planètes en orbite autour d'une autre étoile, Kepler-69, située à 2.700 années lumière de nous dans la constellation du Cygne. L'une des deux se trouve en lisière de la «zone habitable». Le système solaire de Kepler-62 comporte trois autres planètes, mais situées trop près de leur étoile pour abriter une forme de vie. Au total, ce sont 700 planètes ont été découvertes en dehors de notre système solaire depuis 1995.
 
Il faudra à l'avenir des télescopes plus puissants que Kepler pour recueillir des données permettant de dire si les exoplanètes situées en «zone habitable» recèlent véritablement de l'eau. «Nous progressons vers la découverte des premiers mondes comparables à la Terre», a expliqué l'astronome Thomas Barclay, de l'institut de recherche sur l'environnement de la Baie à Sonoma, en Californie.