Le satellite européen Planck lève le voile sur l'enfance de notre univers

SCIENCES Il permet d'en savoir plus sur le rayonnement fossile qui a suivi le Big Bang...

C.C.

— 

Une carte la plus précise du rayonnement cosmologique réalisée par le satellite Planck.
Une carte la plus précise du rayonnement cosmologique réalisée par le satellite Planck. — ESA / AFP

Il y a un peu plus d’un an, le satellite européen Planck achevait sa mission débutée en 2009: établir cinq relevés complets de nos cieux afin de percer les secrets du premier rayonnement de l’univers, 380.000 ans après le Big Bang. C’est ce jeudi que l'Agence spatiale européenne (ESA) a dévoilé les premiers résultats de ses observations, dont la carte la plus précise de l’enfance de l’univers, il y a 13,8 milliards d’années.

Seulement 5% de matière ordinaire dans la composition de l’univers

Découvert en 1965, le premier rayonnement de l’univers, appelé rayonnement fossile, «témoigne de l'état de l'univers lors de sa prime jeunesse et recèle les traces des grandes structures qui se développeront par la suite», indique le CNRS dans un communiqué. L’organisme détaille les autres bénéfices des découvertes de Planck: la confirmation de la «platitude» de l’univers, la mise en évidence d'un effet prévu par les modèles d'«inflation» - un événement apparu dans les secondes suivant le Big Bang -, une révision à la baisse du rythme de l'expansion de l'univers et une nouvelle évaluation de sa composition (69.4 % d'énergie noire, 25.8 % de matière noire et 4.8 % de matière ordinaire).

D’après le CNRS, la première carte de l’univers va permettre d’en savoir plus sur ce qu’il s’est passé depuis l’apparition du rayonnement fossile, mais surtout sur la période le précédant sur laquelle les scientifiques disposent de peu d’informations. Pour établir ce planisphère de l’univers, Planck a mesuré «les variations d’intensité lumineuse de l’univers primordial», soit des taches plus ou moins brillantes qui sont «l'empreinte des germes des grandes structures actuelles du cosmos et désignent les endroits où la matière s'est par la suite assemblée, puis effondrée sur elle-même, avant de donner naissance aux étoiles, galaxies et amas de galaxies.»