Un gène de l'alcool joyeux expliquerait le binge drinking

SANTE Les scientifiques ont identifié un gène impliqué dans le niveau de dopamine secrété en cas de consommation d'alcool...

P.B.

— 

Des Anglaises lors d'une séance de «binge drinking» entre copines.
Des Anglaises lors d'une séance de «binge drinking» entre copines. — D.MITCHELL/REUTERS

Vous aimez boire vite et en grande quantité, le plus souvent avec des shots enchaînés en faisant la grimace et en criant «whoooo!»? C'est a priori à cause d'un gène, qui expliquerait pourquoi certains apprécient le binge drinking plus que d'autres.

Le coupable, c'est le gène RASGRF-2, présent chez certaines personnes avec une variation. «Nous avons constaté qu'il joue un rôle crucial en contrôlant la façon dont l'alcool stimule la sécrétion de dopamine par le cerveau», explique Gunter Schumann, qui a piloté l'étude à l'Institut de psychiatrie du King's College de Londres. Selon le scientifique, ce facteur chimique a un impact sur le «mécanisme de récompense» de notre cerveau et sur le sentiment de joie ressenti plus ou moins fortement.

Les chercheurs ont suivi 663 ados britanniques à partir de leur 14e anniversaire. Deux ans plus tard, ceux qui possèdent cette variation du gène buvaient plus, et plus souvent, que les autres. Si le facteur génétique semble jouer un rôle crucial, d'autres paramètres environnementaux (famille, amis etc) entrent également en jeu, comme cela semble être le cas pour l'alcoolisme à l'age adulte.