L'homme de Flores était-il un grand malade?

— 

L’hominidé nain dont les fossiles ont été découverts en 2004 sur l’Ile de Flores (Indonésie) était-il le représentant d’une espèce d’homme aujourd’hui disparue, homo floresiensis, ou bien un homo sapiens difforme ? A partir d’une nouvelle étude de ces ossements vieux de près de 12 000 ans, et dont la découverte avait déchaîné les passions, un anthropologue indonésien remet sérieusement en cause l’hypothèse selon laquelle ce dernier appartiendrait à une espèce distincte de la nôtre et aujourd’hui disparue.

Teuku Jacob et son équipe de l’Université Gadjah Mada (Indonésie) ont, dès 2004, contesté la thèse de l’existence d’une espèce homo floresiensis distincte d’homo sapiens. Selon eux, les os du célèbre «hobbit» indonésien partagent beaucoup trop de similitudes avec ceux des pygmées modernes pour appartenir à une espèce différente. A l’appui de leur thèse, les chercheurs montrent notamment que les crânes des pygmée Rampasasa, qui vivent non loin de là, toujours sur l’île de Florès, présentent un menton effacé assez identique à celui relevé sur les fossiles d’homo floresiensis.

Teuku Jacob estime que le squelette de 2004 appartiendrait en fait à un pygmée atteint d’une affection particulière. Cette maladie expliquerait les difformités des os de ce spécimen par rapport à ceux d’un homo sapiens de petite taille, mais en bonne santé. Les chercheurs s’appuient sur des clichés montrant les nombreuses dissymétries du squelette complet de l’homme de Florès : ce phénomène pathologique s’expliquerait uniquement par des anomalies de développement et de croissance causées par une grave maladie osseuse.

Ces résultats viennent d’être publiés dans la revue scientifique Proceeding of the National Academy of Science. Ils sont, bien entendu, contestés par les découvreurs de l’homme de Florès. Ces derniers critiquent la méthodologie de Jacob et affirment qu’une autre étude anthropologique, à paraître prochainement dans la revue Journal of Human Evolution, confirme quant à elle l’existence de l’espèce homo floresiensis. A suivre.

A suivre donc.

Pour en savoir plus :
Le dossier de la Cité des Sciences sur l’Homme de Florès

L’article de Wikipedia sur l’Homme de Florès

Le dossier de la revue Nature sur l’Homme de Florès (en anglais)

L’article de Teuku Jacob dans les Proceeding of the National Academy of Science (en anglais)

Yaroslav Pigenet (yarek.blog.20minutes.fr)